20 octobre : Ifremer. Dans le sillage des bars18 octobre : Le plan national d’action en faveur des tortues marines 17 octobre : De centaines d’animaux marins ont traversé le Pacifique sur des débris du tsunami de 2011 au Japon16 octobre : Physalies : les plages de Locmaria-Plouzané fermées 15 octobre : Pêche. Interdiction levée pour les coquilles Saint-Jacques, les huîtres et les coques14 octobre : Cabillaud. Une baisse des quotas en mer Baltique12 octobre : La hausse des températures fait s’évaporer la Mer Caspienne11 octobre : Concarneau. Piriou enregistre la commande de huit palangriers10 octobre : Hérault : la Grande Motte va se chauffer à l’eau de mer9 octobre : Pétoncles noirs. Interdiction de récolte levée en rade de Brest8 octobre : Canada : les baleines noires décimées par l’activité humaine 7 octobre : Coquille Saint-Jacques. Vers une campagne encore frustrante en rade de Brest 6 octobre : Une mine d’or dans les restes de poisson et de crustacé ? (Canada)5 octobre : Morbihan. La qualité des eaux du littoral à la hausse4 octobre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas3 octobre : Coquilles Saint-Jacques. Préserver la ressource 2 octobre : Espadon. Des quotas dès 2017 pour contrer la surpêche en Méditerranée1er octobre : La mer Méditerranée en danger face au tourisme de masse selon WWF30 septembre : Bolinche on a pris en mains notre destin28 septembre : Aquaculture. Un potentiel et des barrages 27 septembre : Piraterie. Une coopération payante26 septembre : Objectif Plancton. Au service de la science 25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel
Accueil > Actualités de la mer > Voici bien longtemps, papy caméléon a pris la mer pour quitter l’Afrique (...)

Voici bien longtemps, papy caméléon a pris la mer pour quitter l’Afrique :

Dernière mise à jour le mardi 2 avril 2013

Article paru
sur le site "Boursorama" - 27 Mars 2013
Visualiser l’article original


es caméléons ont pris la mer pour migrer d’Afrique vers l’île de Madagascar voici quelque 65 millions d’années, estime une étude publiée mercredi pour tenter de trancher dans un vieux débat sur l’origine de ces reptiles.

A la hauteur de leur extraordinaire faculté de camouflage, les caméléons en font voir de toutes les couleurs aux scientifiques qui cherchent à remonter leurs traces jusqu’à leur lieu de naissance originel. Sont-ils apparus en Afrique avant de se répandre ailleurs dans le monde, à Madagascar en particulier ? Ou à l’inverse, ont-ils essaimé leur multitude d’espèces à partir de cette grande île de l’Océan indien ?

Difficile d’y répondre car l’écrasante majorité des 195 espèces de caméléons identifiées à ce jour sont partagées entre l’Afrique et Madagascar, qui faisaient toutes deux partie d’un supercontinent appelé Gondwana avant de se séparer il y a 120 millions d’années environ.

Après cette rupture, l’Afrique continentale et l’île ont lentement dérivé pour être aujourd’hui séparées par 400 kilomètres d’océan. Et comme des fossiles indiquent que le grand-père de tous les caméléons n’est apparu que bien après cette séparation, les scientifiques se querellent de longue date pour savoir de quel côté de la mer.

Une nouvelle étude, fondée sur l’analyse génétique de 174 espèces de caméléon différentes, conclut qu’ils proviennent d’Afrique. L’odyssée ayant permis au caméléon de coloniser le monde aurait été lancée par des lézards aventureux, embarqués sur des branches mortes et autres débris flottants dans des rivières africaines en crue puis emportés au-delà des mers.

"Nous avons estimé la période à laquelle différentes espèces de caméléons, vivant en Afrique et à Madagascar mais liées entre elles, ont divergé", explique Krystal Tolley, de l’Institut national de la biodiversité sud-africain, auteur principal de l’étude.

"Nous avons découvert que cela s’est produit pour la première fois voici 65 millions d’années, au Crétacé supérieur, puis encore il y a 45 millions d’années, durant l’Oligocène", indique-t-elle à l’AFP.

Conclusion : ces deux épisodes de dispersion ont "très probablement eu lieu d’Afrique en direction de Madagascar", une tendance confirmée par la direction des principaux courants océaniques pour les deux périodes concernées, résume la chercheuse.

Car contrairement à aujourd’hui, les courants dominants coulaient à l’époque de l’Afrique vers les côtes malgaches, une découverte qui est "pour nous la cerise sur le gâteau", déclare Krystal Tolley.

Une autre étude de grande envergure sur le caméléon, publiée en 2002, avait quant à elle conclu qu’il était malgache d’origine.

A l’époque, les auteurs estimaient que les reptiles avaient quitté Madagascar en traversant le canal du Mozambique pour poser la patte en Afrique, avant de subir une série de spéciations, évoluant différemment en fonction du climat et de l’environnement de leur milieu d’adoption.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP