13 décembre : Coquilles. À bord de l’Eter Vag12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires
Accueil > Actualités de la mer > Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau

Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau

Dernière mise à jour le mardi 13 novembre 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 12 Novembre 2018
Visualiser l’article original


Aucun poisson sous quota ne devra être rejeté à la mer à partir du 1er janvier prochain. Un défi environnemental complexe que tentent de relever ensemble scientifiques et pêcheurs.

Si l’Europe a prévu des règles contraignantes afin d’éviter la surpêche, elle finance aussi des projets de recherche pour en faciliter l’application. Il en va ainsi de la règle du « zéro rejet en mer » que les professionnels ont bien du mal à respecter.
Et d’un de ses corollaires, le projet européen de recherche scientifique Discardless ou « Sans rejets », mené par un consortium d’instituts de recherche auquel Ifremer a apporté sa contribution.

Afin de préserver la ressource halieutique, tous les poissons - même quand ils sont sous taille, non ciblés ou sans intérêt commercial - doivent être débarqués à terre, dès lors que l’espèce est soumise à quotas. Progressivement mise en place depuis cinq ans, cette mesure européenne, incitant les pêcheurs à mieux cibler leurs prises, concernera toutes les pêcheries au 1er janvier prochain.

…/...
Lire l’article complet sur ...

Aucun poisson sous quota ne devra être rejeté à la mer à partir du 1er janvier prochain. Un défi environnemental complexe que tentent de relever ensemble scientifiques et pêcheurs.

Si l’Europe a prévu des règles contraignantes afin d’éviter la surpêche, elle finance aussi des projets de recherche pour en faciliter l’application. Il en va ainsi de la règle du « zéro rejet en mer » que les professionnels ont bien du mal à respecter. Et d’un de ses corollaires, le projet européen de recherche scientifique Discardless ou « Sans rejets », mené par un consortium d’instituts de recherche auquel Ifremer a apporté sa contribution.

Afin de préserver la ressource halieutique, tous les poissons - même quand ils sont sous taille, non ciblés ou sans intérêt commercial - doivent être débarqués à terre, dès lors que l’espèce est soumise à quotas. Progressivement mise en place depuis cinq ans, cette mesure européenne, incitant les pêcheurs à mieux cibler leurs prises, concernera toutes les pêcheries au 1er janvier prochain.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP