24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation 4 septembre : Consommation d’algues : attention au risque d’excès d’iode !3 septembre : CO2, la mer défoncée à l’acide 2 septembre : Mer. Les pros du port défendent Brest et Roscoff1er septembre : Pêche au gros. « Perfection ou punition »31 août : Le saviez-vous ? Des orques croisent en mer d’Iroise31 août : Pêche au thon rouge. C’est du sport ! 30 août : Poisson cru. Gare à l’Anisakis 29 août : Saint-Jacques. Pêcheurs français et anglais s’affrontent en mer 28 août : Saint-Brieuc. Patrons-pêcheurs et acolytes condamnés pour un trafic de coquilles27 août : Glénan. Une baleine à bec échouée aux Moutons25 août : Chaleur estivale. Le thon aime, les huîtres et moules souffrent 24 août : Lorient. Keroman : la belle saison de la sardine et du thon23 août : Pêcher un bar et le garder. L’amende peut être salée22 août : Des huîtres pour faire revenir la biodiversité dans la mer du Nord 21 août : Côtes-d’Armor. Ils sont accueillis par un requin en rentrant au port 20 août : Algues vertes. En retard, elles sont de retour 18 août : Floride. La vie aquatique de la côte ouest décimée par une « marée rouge » 17 août : Le Canada veut interdire des pesticides nocifs pour les abeilles16 août : Fil & Fab. Des objets fabriqués à partir de filets de pêche 15 août : Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance 14 août : Eau de mer. 22 degrés en rade de Brest ! 13 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"
Accueil > Actualités de la mer > cartographie globale des courants océaniques de surface

cartographie globale des courants océaniques de surface

Dernière mise à jour le dimanche 3 mars 2013

Article paru
sur le site "News Press" - 27 Février 2013
Visualiser l’article original


Qu’ils soient permanents ou intermittents, les courants océaniques assurent le déplacement et le renouvellement des masses d’eau marines et sont de ce fait en partie responsables de la répartition des substances nutritives. Ils conditionnent ainsi la fertilité du milieu marin à tous les échelons de la chaine trophique, des algues phytoplanctoniques aux prédateurs marins, et par là même influencent partiellement les ressources halieutiques. Les courants de surface sont en outre des transporteurs de chaleur à l’échelle des bassins océaniques, ce qui leur confère un rôle essentiel dans la régulation du climat planétaire ainsi que dans la succession des types de temps en relation avec les conditions atmosphériques.

Cependant, les observations directes des courants océaniques demeurent rares, très localisées au niveau aussi bien spatial que temporel et le plus souvent pas assez précises pour être exploitées scientifiquement. La compréhension de la variabilité spatio-temporelle des courants demeure donc un enjeu majeur pour les océanographes et ce d’autant plus que les écoulements océaniques sont en outre fortement turbulents (plus particulièrement en surface).

Les forces susceptibles de générer un courant océanique de surface (jusqu’à 300 m de profondeur) peuvent être classées en deux grandes catégories : externes (sous l’effet de l’atmosphère par exemple) ou internes (comme la force de pression de la colonne d’eau ou la force de Coriolis). Pour ce qui concerne les courants océaniques évoluant dans les premiers mètres de la surface, leurs deux composantes principales sont issues d’une part de la friction du vent à la surface de l’océan (courant d’Ekman) et d’autre part des pentes de sa surface dues aux bosses et aux creux dont elle est le siège (courant géostrophique).

Des chercheurs du LEGOS ont réussi à estimer plus précisément qu’auparavant ces deux composantes des courants les plus superficiels en utilisant des observations satellitaires. Ceci leur a permis de dresser une cartographie spatio-temporelle fine, à une résolution spatiale au 1/4 de degré ( 30 km) et au pas de temps journalier, des courants océaniques agissant dans les premiers mètres de la surface des océans à l’échelle planétaire, entre 82°N et 82°S. Les courants ainsi obtenus ont été validé à l’aide de différents jeux d’observation complètement indépendants (comparaison des vitesses et des directions de déplacement).

Cette cartographie quotidienne, dénommée GEKCO débute en 1992. Elle est opérationnelle, une carte des courants les plus superficiels étant produite chaque jour, et à disposition de la communauté scientifique. Elle est destinée aux études scientifiques de toutes disciplines nécessitant l’identification et la compréhension de la dynamique océanique de surface, de l’échelle globale aux focus plus régionaux.

Cette cartographie a déjà permis de réaliser des études dans des thématiques très diverses. Ainsi, l’équipe du LEGOS a repris l’étude des chercheurs de l’expérience SOIREE. Menée dans les mers australes et visant à étudier l’effet sur le phytoplancton d’un enrichissement des eaux en fer dans une zone où le fer est le paramètre limitant la croissance du phytoplancton, cette expérience avait permis d’étudier une floraison spectaculaire du phytoplancton. L’utilisation de diagnostiques lagrangiens réalisés avec GEKCO a permis d’interpréter les structures cohérentes (tourbillons et filaments) observées lors de l’expérience SOIREE. Combinés à l’imagerie satellitaire "couleur de l’océan" du "bloom phytoplanctonique", ces diagnostics ont également permis d’expliquer la position et l’étirement dynamique (dû au courant) de ce bloom.

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP