21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Actualités de la mer > déconstruction navale

déconstruction navale

Dernière mise à jour le lundi 22 avril 2013

Article paru
sur le site "Drakkar" - 19 Avril 2013
Visualiser l’article original


Au milieu de cette flotte hétéroclite, un bâtiment attire l’œil : la Thalassa un ancien navire de recherche océanographique. Clin d’oeil de l’histoire ou illustration de l’économie circulaire, ce chalutier expérimental de 67 m équipé d’une rampe arrière finit sa vie à l’endroit où il l’a commencée : au Havre.

Lancé en 1960 aux chantiers Augustin-Normand, il a sillonné les mers jusqu’en 1996 comme navire amiral de l’Institut scientifique et technique des pêches maritimes (ISTPM) qui deviendra l’Ifremer, avant d’entamer une seconde carrière plus tranquille comme bateau musée dans le port de Lorient.

Dépouillé de ses superstructures et de ses matières dangereuses, il va bientôt être hissé à terre où les cisailleurs vont le découper pour en faire de la ferraille qui repartira par voie maritime ou fluviale pour être fondue dans une aciérie.

Patrick Nion le PDG de Gardet et De Bezenac a lancé cette activité en 2008 sur une partie de l’ancien site des Ateliers et chantiers du Havre (ACH) fermés en 2000 où il peut traiter des navires allant jusqu’à 130 mètres. Aujourd’hui, il compte beaucoup sur les appels d’offres de la Marine nationale qui possède des dizaines de navires désarmés en attente dans ses ports. Il a ainsi récupéré des barges à munitions, un patrouilleur et tout récemment un lot d’une cinquantaine de coques de petite taille.

Mais la marine est devenue exigeante depuis le lamentable périple du porte-avions Clémenceau en 2007, à la recherche d’un chantier de démolition, et l’entreprise a du se mettre à niveau pour obtenir un agrément préfectoral en tant qu’Installation classée protection environnement (ICPE). « La marine souhaite que la déconstruction s’opère sur des sites en totale conformité avec la protection des travailleurs et de l’environnement », indique Patrick Nion.

Cette activité de déconstruction navale est une forme de diversification pour Gardet et De Bezenac jusqu’alors connue comme une entreprise de collecte et de traitement des déchets. Créée à Yvetot en 1930, elle traitait à l’époque les peaux de bêtes, les ferrailles et les bandages de roues de charrettes et d’automobiles ancêtres des pneumatiques. Aujourd’hui, avec sa quarantaine de salariés, elle gère des déchetteries pour le compte de collectivités et collecte de multiples sortes de déchets y compris d’origine industrielle.

Longtemps indépendante, l’entreprise qui compte aussi une antenne à Fécamp est passée en 1996 dans le giron de la Sorediv puis d’Alcor une filiale de la Caisse des dépôts, et enfin du groupe Séché environnement. Elle a été revendue en 2003 à Patrick Nion qui en était le directeur général depuis 1985. Bien que très récente, la partie déconstruction navale juridiquement distincte a généré deux millions d’euros de chiffre d’affaires en 2011 tandis que l’activité historique a atteint les dix millions.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP