21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc
Accueil > Actualités de la mer > déconstruction navale

déconstruction navale

Dernière mise à jour le lundi 22 avril 2013

Article paru
sur le site "Drakkar" - 19 Avril 2013
Visualiser l’article original


Au milieu de cette flotte hétéroclite, un bâtiment attire l’œil : la Thalassa un ancien navire de recherche océanographique. Clin d’oeil de l’histoire ou illustration de l’économie circulaire, ce chalutier expérimental de 67 m équipé d’une rampe arrière finit sa vie à l’endroit où il l’a commencée : au Havre.

Lancé en 1960 aux chantiers Augustin-Normand, il a sillonné les mers jusqu’en 1996 comme navire amiral de l’Institut scientifique et technique des pêches maritimes (ISTPM) qui deviendra l’Ifremer, avant d’entamer une seconde carrière plus tranquille comme bateau musée dans le port de Lorient.

Dépouillé de ses superstructures et de ses matières dangereuses, il va bientôt être hissé à terre où les cisailleurs vont le découper pour en faire de la ferraille qui repartira par voie maritime ou fluviale pour être fondue dans une aciérie.

Patrick Nion le PDG de Gardet et De Bezenac a lancé cette activité en 2008 sur une partie de l’ancien site des Ateliers et chantiers du Havre (ACH) fermés en 2000 où il peut traiter des navires allant jusqu’à 130 mètres. Aujourd’hui, il compte beaucoup sur les appels d’offres de la Marine nationale qui possède des dizaines de navires désarmés en attente dans ses ports. Il a ainsi récupéré des barges à munitions, un patrouilleur et tout récemment un lot d’une cinquantaine de coques de petite taille.

Mais la marine est devenue exigeante depuis le lamentable périple du porte-avions Clémenceau en 2007, à la recherche d’un chantier de démolition, et l’entreprise a du se mettre à niveau pour obtenir un agrément préfectoral en tant qu’Installation classée protection environnement (ICPE). « La marine souhaite que la déconstruction s’opère sur des sites en totale conformité avec la protection des travailleurs et de l’environnement », indique Patrick Nion.

Cette activité de déconstruction navale est une forme de diversification pour Gardet et De Bezenac jusqu’alors connue comme une entreprise de collecte et de traitement des déchets. Créée à Yvetot en 1930, elle traitait à l’époque les peaux de bêtes, les ferrailles et les bandages de roues de charrettes et d’automobiles ancêtres des pneumatiques. Aujourd’hui, avec sa quarantaine de salariés, elle gère des déchetteries pour le compte de collectivités et collecte de multiples sortes de déchets y compris d’origine industrielle.

Longtemps indépendante, l’entreprise qui compte aussi une antenne à Fécamp est passée en 1996 dans le giron de la Sorediv puis d’Alcor une filiale de la Caisse des dépôts, et enfin du groupe Séché environnement. Elle a été revendue en 2003 à Patrick Nion qui en était le directeur général depuis 1985. Bien que très récente, la partie déconstruction navale juridiquement distincte a généré deux millions d’euros de chiffre d’affaires en 2011 tandis que l’activité historique a atteint les dix millions.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP