24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > des millions d’anchois forment une marée noire

des millions d’anchois forment une marée noire

Dernière mise à jour le vendredi 25 juillet 2014

Article paru
sur le site "Futura environemment" - 23 juillet 2014
Visualiser l’article original



Le 8 juillet dernier, les étudiants de l’institut océanographique Scripps, sur la côte Pacifique des États-Unis, près de San Diego (entre Los Angeles et le Mexique), ont eu un beau spectacle. Une curieuse marée noire s’approchait de la plage, s’étalant en ondulations mouvantes devant la jetée de l’institut. Outre les océanographes, les spectateurs étaient nombreux, sur la côte, en surf ou en plongée, humains et animaux puisqu’au moins une otarie et un requin sont venus s’intéresser au phénomène.

Les anchois étaient peut-être en quête d’une eau plus fraîche

Cette chose s’étalait peut-être sur un kilomètre et demi (« one mile » écrivent les commentateurs) pour une largeur d’une centaine de mètres et une épaisseur d’environ trois mètres. Il s’agissait bien d’anchois, nageant en formation serrée, comme ils savent le faire, mieux encore que les sardines, semblant ne former qu’un seul organisme. Combien de poissons contenait ce banc ? Au moins un million, selon l’océanographe de l’institut Scripps David Checkley, interrogé par le quotidien The Huffington Post, mais peut-être un milliard…

Pourquoi un tel amoncellement si près de la côte, ce qui ne s’était pas vu depuis au moins trente ans ? Peut-être à cause de la température, avance David Checkley. L’eau était alors à 24 °C, ce qui est chaud pour des anchois qui préfèrent une ambiance plus fraîche. Mais, à ce moment, l’eau du large venait de se réchauffer plus rapidement que le long de la côte et les anchois auraient pu, ainsi, se rapprocher des eaux à plus faible température, jusqu’à buter sur les plages.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP