20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension
Accueil > Actualités de la mer > pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour (...)

pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?

Dernière mise à jour le mercredi 24 janvier 2018

Article paru sur le site "La chaîne directe :"
- 24 Janvier 2018
Visualiser l’article original


La pollution générée par le naufrage d’un pétrolier, début janvier, prend de l’ampleur en mer de Chine. Le navire transportait une forme volatile d’hydrocarbures. Il s’agit du premier accident de ce type dont il est difficile d’évaluer l’impact.

Faut-il craindre une des pires pollutions maritimes de ces dernières années ? Le 6 janvier, le pétrolier iranien Sanchi a pris feu après une collision avec un navire de fret chinois, en mer de Chine, à environ 300 kilomètres à l’est de la ville de Shanghai. Il a brûlé pendant une semaine avant de couler entièrement, le 14 janvier.

Le navire transportait 136 000 tonnes de condensat au moment de la collision, un hydrocarbure non-raffiné particulièrement volatile. En plus de cette cargaison, le Sanchi disposait à bord d’environ 1 000 tonnes de diesel lourd pour faire tourner ses machines.

Des images prises par satellite ont permis de détecter trois nappes s’étalant au total sur 332 km2, a indiqué dimanche 21 janvier, dans un communiqué, l’Administration nationale chinoise des océans. Une surface qui a triplé en l’espace de quatre jours, selon des chiffres du gouvernement chinois.

Une pollution atmosphérique redoutée

C’est la première fois qu’un tel accident se produit. Jamais un pétrolier transportant du condensat n’avait brûlé et coulé ainsi, selon les données récoltées par le Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux (Cedre), basé à Brest.

>> À lire : BP va verser une indemnisation record pour la marée noire du golfe du Mexique

D’après son directeur adjoint, Christophe Rousseau, contacté par France 24, le condensat qui s’est échappé du Sanchi est un des moins toxiques de sa catégorie dont "le spectre est assez large". "Celui-ci à des caractéristiques proches d’une essence très légère. Il est peu soluble et très évaporant", explique ce spécialiste. Malgré tout, sa toxicité est bien réelle. "Ce n’est évidemment pas inoffensif puisque tout porte à croire que ces vapeurs sont à l’origine de la mort de l’équipage", prévient-il. Les 32 membres d’équipage ont péri, seuls trois corps carbonisés ont été retrouvés par les pompiers.

En brûlant et en s’évaporant, s’il ne pollue pas en profondeur, ce condensat va provoquer avant tout "une très grosse pollution atmosphérique", estime Christophe Rousseau. "Les conséquences sur les oiseaux pourraient être importantes. En surface, le plancton risque d’être très pollué, mais les poissons n’ont aucune raison de rester dans zone polluée et devraient s’en écarter". La zone touchée est considérée comme importante pour la reproduction de certaines espèces de poissons, de crustacés et de calamars, selon Greenpeace. Elle se trouve aussi sur le passage de nombreux cétacés migrateurs comme la baleine grise ou la baleine à bosse.

Côté chinois, un ingénieur de l’Administration nationale des océans, Zhang Yong, cité par la télévision publique, s’est voulu confiant. "Il s’agit de brut léger, et ce type de marée noire a des conséquences bien moindres, comparé aux autres marées noires, car ce genre de pétrole est spécialement volatil. La majeure partie est partie dans l’atmosphère, alors il y a moins de conséquences pour l’océan".

>> À voir : la marée noire oubliée du Bangladesh

Quant au 1 000 tonnes de fuel brut, ils pourraient prochainement toucher les côtes sud-coréennes et japonaises en fonction des vents et des marées. "Une mini-marée noire" ; affirme Christophe Rousseau, comparée au 30 000 tonnes déversées par l’Érika au large de la Bretagne en 1999. Techniquement, selon lui, impossible de parler de marée noire avec le condensat, le terme ne désignant qu’une pollution massive par des hydrocarbures noires.

La mer de Chine, carrefour stratégique et incontournable
…/...
Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP