22 février : Mer. La petite pêche s’estime oubliée21 février : L’Hermione. Cap au sud pour un périple francophone 20 février : Algues vertes. "L’Etat et les élus ont encore failli" 19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil
Accueil > Actualités de la mer > sciences-marines-brest-veut-le-siege-d’ifremer

sciences-marines-brest-veut-le-siege-d’ifremer

Dernière mise à jour le mardi 5 novembre 2013

Article paru
sur le site "OuestFrance" - 01 Novembre 2013
Visualiser l’article original



Brest souhaite accueillir le siège de l’Institut français de recherches pour l’exploitation de la mer (Ifremer), basé en région parisienne.

La demande est formulée dans le cadre du Pacte d’avenir pour la Bretagne. La réponse viendra de Matignon. Ifremer à Brest, c’est déjà une réalité. Sur 30 ha, la capitale occidentale de la Bretagne accueille, depuis 1964, le principal centre de recherche de l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer. Plus de 1 000 personnes y travaillent, dont 600 de l’institut. Mais aujourd’hui, dans le cadre du pacte breton, Brest et la Bretagne en veulent plus : obtenir le siège d’Ifremer, aujourd’hui implanté à Issy-les-Moulineaux, en banlieue parisienne.

« Nous avons cosigné cette demande avec le président de la Région, explique François Cuillandre, maire de Brest. Pour réaffirmer notre volonté en la matière. » En effet, il y a une dizaine d’années, les élus bretons avaient déjà lancé l’idée, mais sans résultat. Pourtant, d’autres transferts de ce type ont eu lieu. Comme l’école nationale d’administration de Paris vers Strasbourg, le service hydrographique de la Marine (Shom) de Paris vers Brest ou encore le siège de l’Institut polaire français Paul-Emile Victor (Ipev) de Paris vers Brest.
Déjà 650 chercheurs sur la mer

Aujourd’hui, la demande a peut-être davantage de chances d’aboutir. La décision sera prise à l’issue de l’élaboration du Pacte d’avenir pour la Bretagne, piloté depuis Matignon par Gilles Ricono, conseiller spécial du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Les tensions économiques qui traversent la Bretagne pourraient jouer en faveur de la décentralisation. Un signal fort en faveur de la région.

Outre son aspect symbolique et économique, le transfert de l’ensemble des directions d’Ifremer à Brest conforterait la ville dans son leadership national et européen en matière de sciences de la mer. En plus d’Ifremer, la cité du Ponant abrite l’Institut universitaire européen de la mer (IUEM), France Énergies Marines, le Shom, l’Ipev, une antenne de l’institut de recherche pour le développement (IRD) et, dans un genre plus grand public, Océanopolis.

Une étude de 2011 démontrait que 650 chercheurs planchent sur la mer à Brest. Ce qui en ferait le premier centre européen et le quatrième au monde derrière Qingdao, Shanghaï (Chine) et Hobart (Australie). Brest est première ex-aequo avec Tokyo pour les équipements scientifiques océanographiques (navires, supercalculateurs, bassins d’essais…). En nombre de publications scientifiques sur la mer, c’est la sixième ville mondiale.

La Région a, par ailleurs, programmé un investissement de 150 millions d’euros pour faire du port de Brest un acteur incontournable des énergies marines renouvelables.

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP