19 février : Dauphins. Magique rencontre en rade 16 février : Faut-il vraiment manger des algues ?15 février : Criées bretonnes. Des efforts payés de retour 12 février : Pêche au bar : « Oui dans le sud, non au nord » de la Bretagne 10 février : Éolien flottant. « Brest est le site idéal » 8 février : Pêche à pied. Les précautions à prendre 6 février : Tara Pacific. La Station biologique à bord 5 février : Coquillages. Interdiction de les pêcher2 février : Lorient. 45,5 t de thon rouge pêchées illégalement : 135.000€ d’amendes 1er février : Manche. Certaines zones de pêche interdites 31 janvier : Roscoff. Ils découvrent des millions de gènes inconnus30 janvier : Pêche. En Normandie, le Brexit complique la donne 29 janvier : Erwan Le Roux. « C’est un écran de fumée » 27 janvier : Poisson de saison. Le bar à part 26 janvier : Les ports de Boulogne et Calais bloqués pour protester contre la pêche électrique 25 janvier : Pêcheurs de bars. La fronde s’organise24 janvier : pacifique Naufrage en mer de Chine : quelles conséquences pour l’environnement ?23 janvier : Le Combat contre la pêche électrique en Europe22 janvier : Bar. La position du porte-parole des ligneurs 21 janvier : Bactéries. La pollution détectée en temps réel19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !
Accueil > Actualités de la mer > l-expansion-du-frelon-asiatique-pourrait-se-ralentir.

l-expansion-du-frelon-asiatique-pourrait-se-ralentir.

Dernière mise à jour le mercredi 21 octobre 2015

Article paru
sur le site "Le FIagro" - 20 octobre 2015
Visualiser l’article original


Un phénomène de consanguinité qui perturbe le développement des colonies a été mis en valeur par une équipe de chercheurs de l’Institut de recherche sur la biologie de l’insecte de l’Université François Rabelais de Tours.

Le frelon asiatique a été signalé pour la première fois dans le Lot-et-Garonne en 2004. Depuis, il ne cesse de s’étendre en France mais aussi en Europe.
67 départements sont touchés ainsi que l’Espagne, le Portugal, l’Italie, la Belgique et l’Allemagne. Ils proviendraient tous d’une unique femelle transportée dans un pot importé de Chine par un producteur de bonzaï.
C’est une étude sur 170 frelons, 83 capturés en France et 87 dans la zone d’origine de l’insecte en Chine qui a permis de conclure que cette femelle serait originaire d’une région située entre les provinces de Zhejiang et Jiangsu, dans l’est de la Chine.
Perte de diversité génétique

Depuis 2004, son expansion semble irrésistible.
Et pourtant une récente étude de chercheurs de l’Institut de recherche sur la biologie de l’insecte (Irbi) de l’Université François Rabelais de Tours prévoit que l’expansion du frelon asiatique devrait prochainement ralentir. Selon les scientifiques, les frelons asiatiques souffrent d’un phénomène de « dépression de consanguinité » dû au faible nombre de reines qui ont permis leur installation en France.
Dans un communiqué, les scientifiques expliquent que, « comme pour les colonies de guêpes et de frelons européens, celles du frelon asiatique passent par deux stades au cours de l’année : du printemps à la mi-août, des ouvrières sont produites et agrandissent le nid, puis de fin août à décembre des reproducteurs apparaissent (mâles et futures reines) ».

.../...

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP