10 décembre : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marin9 décembre : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-Jacques8 décembre : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"7 décembre : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc 6 décembre : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de Brest5 décembre : Pêche. « Il manquera 500 marins dans cinq ans »4 décembre : 4min Les pêcheurs de la Côte d’Opale en guerre contre la pêche électrique3 décembre : Rade de Brest. Où sont passés les pétoncles et les huîtres plates ?2 décembre : Spiruline : attention aux effets indésirables 30 novembre : Caraïbes. Des îles... de déchets 29 novembre : Cinq questions sur la pêche électrique, accusée d’appauvrir les pêcheurs français28 novembre : Tara : l’expédition se penche sur l’impact du guano de fientes d’oiseau sur le corail27 novembre : Recherche. Chut ! Les huîtres ont des oreilles26 novembre : Pays de Quimperlé : le député contre la pêche électrique 25 novembre : Non à la pêche électrique25 novembre : Pêche électrique : plainte contre les Pays-Bas24 novembre : Ilur. Autonome en eau et électricité23 novembre : Pêche électrique : une pratique brutale pour l’environnement23 novembre : L’Europe ouvre la voie à la très décriée pêche électrique22 novembre : Météo. Fort coup de vent attendu en fin de journée sur la pointe de la Bretagne21 novembre : Politique de la mer. Les attentes des professionnels20 novembre : Ostréiculture : l’huître naturelle insiste sur l’étiquette à cause des écloseries19 novembre : Concarneau. Campagne de coquilles Saint-Jacques aux Glénan 18 novembre : Coquille Saint-Jacques. L’option plongée17 novembre : Une espèce de mammifère sur trois en péril en France métropolitaine 16 novembre : L’axolotl, drôle de créature qui fascine la science15 novembre : Un-nouvel-antibiotique-decouvert-chez-des-bacteries14 novembre : Brest. Edouard Philippe présidera un comité interministériel à la mer13 novembre : Pisciculture. Symbiomer lance son élevage de truites en mer à Bréhat 11 novembre : Solent oysters ’starting to reproduce’10 novembre : Mer et littoral. Construction collective d’une stratégie bretonne9 novembre : Hydroliennes. Clap de fin à Bréhat !8 novembre : Baie de Saint-Brieuc. St-Jacques : premier retour de pêche7 novembre : Récolte marine. Ter’Mer s’amarre à la Grande-Palud 6 novembre : Physalies. Une aubaine pour le laboratoire Boiron ! 5 novembre : Mer. C’est quoi une grande marée ?4 novembre : Saint-Jacques. La coquille sous haute protection3 novembre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie 2 novembre : Pays Basque. Des orques filmées au large de la côte1er novembre : Transport maritime. En mode kite surf !31 octobre : Criée d’Erquy. 40 ans et toujours pleine de vie30 octobre : À la criée d’Erquy, Guy devait donner de la voix pour vendre le poisson 29 octobre : Morbihan. Les physalies débarquent, on oublie la baignade ! 28 octobre : Une baleine de 15 m s’échoue sur une plage à l’île de Ré 27 octobre : Pêche. Du thon rouge en Manche ! 26 octobre : La production mondiale de bananes menacée par un champignon
Accueil > Actualités de la mer > l’oyat, la plante qui fixe les dunes du Nord

l’oyat, la plante qui fixe les dunes du Nord

Dernière mise à jour le vendredi 11 juillet 2014

Article paru
sur le site "Futura-nature" - 07 Juillet 2014
Visualiser l’article original


Comment empêcher le sable des dunes de s’envoler et de faire reculer le littoral ? En enfouissant un réseau de fibres dont l’entretien est assuré par énergie solaire, à l’aide de capteurs protégés des intempéries et qui, en prime, ralentissent le vent au niveau du sol. C’est la solution proposée par Dame Nature, sous le nom d’oyat. Les dunes du Nord, près desquelles passeront des cyclistes demain, leur doivent beaucoup, comme le rappelle le Muséum national d’histoire naturelle.
.../...
Elles bougent, ces dunes, au gré des vents qui emportent les grains de sable. Mais pas trop. Rebaptisée Blériot-Plage, la côte près des Baraques a toujours à peu près la même allure. C’est probablement grâce à l’oyat, comme le rappelle le Muséum national d’histoire naturelle dans son Tour de France de la biodiversité. Cette haute graminée, qui dépasse le mètre, est solidement plantée dans le sol sableux. C’est là où elle aime vivre et les botanistes ont d’ailleurs doublement reconnu cette inclination en la baptisant Ammophila arenaria : ammophila, en grec, signifie qui aime le sable et le mot latin arena désigne le sable ou le gravier.

Le secret de son enracinement solide réside dans ses rhizomes… qui ne sont pas des racines. Ces tiges souterraines se ramifient et courent sous les dunes. Elles jouent le rôle de réserves, utiles dans ces endroits secs et pauvres. Les rhizomes peuvent aussi bourgeonner et donner un nouveau pied. Ainsi charpentée, la dune résiste bien mieux aux vents de la mer.

Ammophila arenaria a plus d’un tour dans son sac pour vivre dans ce milieu difficile et, par exemple, enroule ses feuilles pour réduire l’évaporation. Les stomates, petits orifices permettant la respiration, sont peu nombreux. Alors qu’ils sont majoritairement situés sur la face inférieure chez les plantes vertes, ceux de l’oyat sont installés sur la face supérieure des feuilles enroulées, là où ils sont mieux protégés de l’air sec. De plus, la circulation d’air est à cet endroit ralentie par… des poils.

Les Hommes ont depuis longtemps repéré cette haute technologie et l’oyat, cette plante commune des lagunes, a été utilisée pour stabiliser les dunes dans les Landes et dans le Nord

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP