23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques8 septembre : Climat. Jean Jouzel : « Il faut agir tout de suite » 7 septembre : Saint-Jacques. Accord renouvelé entre pêcheurs britanniques et français 6 septembre : Pêche au bar. L’interdiction levée pour les pêcheurs amateurs 5 septembre : Haute mer. Un réservoir de ressources génétiques en manque de régulation 4 septembre : Consommation d’algues : attention au risque d’excès d’iode !3 septembre : CO2, la mer défoncée à l’acide 2 septembre : Mer. Les pros du port défendent Brest et Roscoff1er septembre : Pêche au gros. « Perfection ou punition »31 août : Le saviez-vous ? Des orques croisent en mer d’Iroise31 août : Pêche au thon rouge. C’est du sport ! 30 août : Poisson cru. Gare à l’Anisakis 29 août : Saint-Jacques. Pêcheurs français et anglais s’affrontent en mer 28 août : Saint-Brieuc. Patrons-pêcheurs et acolytes condamnés pour un trafic de coquilles27 août : Glénan. Une baleine à bec échouée aux Moutons25 août : Chaleur estivale. Le thon aime, les huîtres et moules souffrent 24 août : Lorient. Keroman : la belle saison de la sardine et du thon23 août : Pêcher un bar et le garder. L’amende peut être salée22 août : Des huîtres pour faire revenir la biodiversité dans la mer du Nord 21 août : Côtes-d’Armor. Ils sont accueillis par un requin en rentrant au port 20 août : Algues vertes. En retard, elles sont de retour 18 août : Floride. La vie aquatique de la côte ouest décimée par une « marée rouge » 17 août : Le Canada veut interdire des pesticides nocifs pour les abeilles16 août : Fil & Fab. Des objets fabriqués à partir de filets de pêche 15 août : Finistère. Poisson cru : la préfecture appelle à la vigilance 14 août : Eau de mer. 22 degrés en rade de Brest ! 13 août : Insolite Bientôt des crevettes "Made in Bretagne"10 août : Requin-pèlerin. Toujours bien mystérieux
Accueil > Actualités de la mer > l’oyat, la plante qui fixe les dunes du Nord

l’oyat, la plante qui fixe les dunes du Nord

Dernière mise à jour le vendredi 11 juillet 2014

Article paru
sur le site "Futura-nature" - 07 Juillet 2014
Visualiser l’article original


Comment empêcher le sable des dunes de s’envoler et de faire reculer le littoral ? En enfouissant un réseau de fibres dont l’entretien est assuré par énergie solaire, à l’aide de capteurs protégés des intempéries et qui, en prime, ralentissent le vent au niveau du sol. C’est la solution proposée par Dame Nature, sous le nom d’oyat. Les dunes du Nord, près desquelles passeront des cyclistes demain, leur doivent beaucoup, comme le rappelle le Muséum national d’histoire naturelle.
.../...
Elles bougent, ces dunes, au gré des vents qui emportent les grains de sable. Mais pas trop. Rebaptisée Blériot-Plage, la côte près des Baraques a toujours à peu près la même allure. C’est probablement grâce à l’oyat, comme le rappelle le Muséum national d’histoire naturelle dans son Tour de France de la biodiversité. Cette haute graminée, qui dépasse le mètre, est solidement plantée dans le sol sableux. C’est là où elle aime vivre et les botanistes ont d’ailleurs doublement reconnu cette inclination en la baptisant Ammophila arenaria : ammophila, en grec, signifie qui aime le sable et le mot latin arena désigne le sable ou le gravier.

Le secret de son enracinement solide réside dans ses rhizomes… qui ne sont pas des racines. Ces tiges souterraines se ramifient et courent sous les dunes. Elles jouent le rôle de réserves, utiles dans ces endroits secs et pauvres. Les rhizomes peuvent aussi bourgeonner et donner un nouveau pied. Ainsi charpentée, la dune résiste bien mieux aux vents de la mer.

Ammophila arenaria a plus d’un tour dans son sac pour vivre dans ce milieu difficile et, par exemple, enroule ses feuilles pour réduire l’évaporation. Les stomates, petits orifices permettant la respiration, sont peu nombreux. Alors qu’ils sont majoritairement situés sur la face inférieure chez les plantes vertes, ceux de l’oyat sont installés sur la face supérieure des feuilles enroulées, là où ils sont mieux protégés de l’air sec. De plus, la circulation d’air est à cet endroit ralentie par… des poils.

Les Hommes ont depuis longtemps repéré cette haute technologie et l’oyat, cette plante commune des lagunes, a été utilisée pour stabiliser les dunes dans les Landes et dans le Nord

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP