24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > saint-malo moules-sur-filieres saint-coulomb-attaque

saint-malo moules-sur-filieres saint-coulomb-attaque

Dernière mise à jour le lundi 15 septembre 2014

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 12 septembre 2014
Visualiser l’article original



après l’arrêté pris par le sous-préfet autorisant l’expérimentation d’un projet de 19 hectares de moules sur filières, Saint-Coulomb (35) continue le combat.
Un recours gracieux avait été rejeté le 8 août par le préfet. Ainsi, Loïc Levillain, maire de la commune, va porter l’affaire devant le tribunal administratif. Le dossier est en préparation et devra être transmis aux instances avant le 8 octobre prochain.
Exploitation inquiétante « On a essayé de comprendre cette décision du préfet, raconte le maire. L’enquête publique est sans appel avec 98 % d’avis défavorables, des tas d’acteurs se sont prononcés contre, conseil général, CCI et les villes de Saint-Malo et de Dinard. Mais ce qui nous inquiète, ce n’est pas l’expérimentation de 19hectares. C’est l’exploitation possible de 1.000hectares.
Comment nous faire croire que des chefs d’entreprise vont investir 650.000 à 700.000 € pour l’expérimentation, pour qu’on leur dise ensuite non pour l’exploitation ? » Les élus de Saint-Coulomb, qui agissent en parallèle mais dans le même sens que les associations, craignent pour les sites protégés du bord de mer et la qualité des plages. « Les moules sur filières, c’est 40 % de perte

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP