23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !
Accueil > Actualités de la mer > Extraction de sable. Colère après la première ponction dans la baie de (...)

Extraction de sable. Colère après la première ponction dans la baie de Lannion

Dernière mise à jour le jeudi 8 septembre 2016

Article paru
sur le site "Le Telegramme" - 007 Septembre 2016
Visualiser l’article original


Corinne Erhel, députée PS de la circonscription de Lannion
"Je suis furieuse. Dire qu’on va faire de la concertation et aller en catimini, en pleine nuit, c’est inacceptable de la part de Roullier, qui est un groupe de renommée mondiale. Ils veulent extraire du sable, qu’ils le fassent en plein jour. C’est un dossier sensible et ils le savent trop bien. Il aurait fallu arrêter ce projet dès le départ. Dès qu’on est rentré dans le processus d’autorisation, il ne pouvait qu’aboutir. On a affaire à un lobby industriel très puissant. Ce dossier est autorisé juridiquement mais il n’est pas du tout accepté socialement. Le groupe Roullier devrait le retirer".

Proche d’Emmanuel Macron, qui a signé le décret d’autorisation en septembre 2015, lorsqu’il était ministre de l’Économie, Corinne Erhel rappelle que "le décret était prêt depuis septembre 2014. Et c’est Emmanuel Macron qui a ajouté les cliquets d’autorisation chaque année, qu’il va falloir essayer d’activer pour obtenir l’arrêt de l’exploitation".
.../...

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP