Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > 1er Recensement de la vie sous-marine : une décennie de découvertes avec (...)

1er Recensement de la vie sous-marine : une décennie de découvertes avec l’Ifremer

Dernière mise à jour le jeudi 7 octobre 2010

Article paru sur le site "RFI.fr" - Mercredi 06 Octobre 2010
Visualiser l’article complet (photos)



1er Recensement de la vie sous-marine : une décennie de découvertes avec l’Ifremer

Programme sans précédent de Recensement mondial de la vie sous-marine mené depuis 2000, Census of Marine Life (CoML) s’est conclu à Londres ce 4 octobre dernier. Il a permis de documenter un océan en évolution avec une diversité plus riche que celle connue jusqu’alors mais subissant plus fortement les impacts occasionnés par l’homme qu’on ne le pensait. L’Ifremer a participé à ce programme au cours de ces dix années d’existence, en particulier par l’exploration et la découverte de la vie sur les marges continentales, dans les abysses et les écosystèmes marins.

Fouillant dans les archives, se lançant dans plus de 540 expéditions dans tous les océans, les 2700 scientifiques originaires de plus de 80 pays qui ont participé au recensement, ont assemblé, élargi et organisé les connaissances révélant la diversité, la répartition et l’abondance des espèces. Plus de 6000 espèces potentiellement nouvelles ont été découvertes, parmi lesquelles 1200 ont été décrites. Des découvertes auxquelles l’Ifremer a activement apporté sa contribution au travers de 3 projets phare de recensement de la vie dans les grands fonds.

Des scientifiques de l’Institut étaient membres des comités de pilotage de ces projets. Comarge était le seul projet du programme coordonné par des équipes françaises (Ifremer et Institut Océanographique de Paris).

Découvrir des richesses et mieux les préserver ! ...

Le 20 septembre dernier, lors de l’ouverture du 19e Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM*), qui se tenait à Nantes, le président de cet Institut français de la recherche pour l’exploitation de la mer, Jean-Yves Perrot, estimait que les biologistes devaient désormais privilégier une approche « bioéconomique » de la préservation des ressources maritimes, pour intéresser « directement ou indirectement les pêcheurs à la préservation des ressources ».

(*) : Le CIEM, qui regroupe tous les états riverains de l’Atlantique nord et de la Baltique ainsi que des membres associés de la région Méditérranée et de l’hémisphère sud.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP