Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > À Paris, les pêcheurs obtiennent quelques avancées et le ministre Bruno Le (...)

À Paris, les pêcheurs obtiennent quelques avancées et le ministre Bruno Le Maire promet de se battre pour eux

Dernière mise à jour le lundi 4 avril 2011

Article paru sur le site "La Voix du Nord" - Jeudi 31 Mars 2011
Visualiser l’article original



À Paris, les pêcheurs obtiennent quelques avancées et le ministre Bruno Le Maire promet de se battre pour eux

À l’issue d’une réunion au ministère de l’Agriculture et de la Pêche, à Paris, hier matin, ...

les pêcheurs ont obtenu des réponses à certaines de leurs revendications. Une centaine de marins avaient fait le déplacement.

« Ça fait 10 ans que l’on lance un cri d’alarme. Aujourd’hui, on sombre », constate amèrement Jacques Bigot, président de France pêche durable et responsable. À ses côtés, 130 pêcheurs de la Côte d’Opale, partis en bus le matin d’Étaples. « Dans la Manche, les gros senneurs, coquillards et tangonniers - sont en train de piller la ressource », poursuit Jacques Bigot. Autre préoccupation, les quotas : « Il faudrait les optimiser au niveau national, souligne-t-il. Quant au prix du carburant, il continue à pénaliser tout le monde. »

« Conflit au quotidien »

Dans le calme, les pêcheurs ont défilé des Invalides à l’Assemblée nationale. Dans le cortège, Thierry Leprêtre, patron de La Frégate . « On en a assez. Avec les gros bateaux, c’est un conflit au quotidien. On en ras-le-bol de voir qu’on n’est pas écoutés. Le bouquet, c’est le "permis à points" (*) qui va être appliqué en juin. C’est l’ensemble de la filière pêche à Capécure, soit entre 7 000 et 8 000 emplois, qui risque de s’écrouler. » Pendant ce temps, des représentants des pêcheurs et de la Région - comme Daniel Percheron, président du Conseil régional Daniel Fasquelle, député-maire du Touquet etc. -, étaient reçus au ministère de l’Agriculture et de la Pêche. Au bout de 2 h 30, la délégation est sortie plutôt satisfaite. « La réunion a été plus constructive que je ne le pensais, confie Bruno Dachicourt, secrétaire de l’Union nationale des marins pêcheurs CFTC. Nous avons par exemple obtenu un effort de pêche pour le cabillaud dès septembre, ça nous évitera de laisser 400 tonnes à l’eau comme l’an dernier. » Les arrêts temporaires, destinés à préserver la ressource, vont être retravaillés. Les contrats bleus - pour les bateaux s’engageant dans une pêche durable et responsable - seront débloqués dès aujourd’hui. Les flottilles étrangères devraient être davantage contrôlées, et un groupe de travail sera mis en place « pour croiser les données débarquées et celles déclarées ».

Échange de quotas

Le règlement de contrôle qui crée le permis à points ne sera lui pas retiré. « Mais nous serons associés à l’élaboration du décret d’application et nous verrons comment l’assouplir », assure Bruno Dachicourt. Le plan de gestion du cabillaud sera remis à plat. Quant aux quotas, ils pourront être échangés entre les différentes régions. Enfin, la grande distribution pourrait, en réinjectant des fonds, contribuer à la modernisation de la flotte.

Des mesures qui devraient toutes être appliquées d’ici la fin de l’année. « Je suis à vos côtés et me battrai jusqu’au bout pour redonner des perspectives à la pêche française », a promis le ministre, Bruno Le Maire, venu à la rencontre des pêcheurs devant l’Assemblée nationale.

A PARIS, CÉLINE RUDZ



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP