Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > À Saint-Gildas-de-Rhuys, cinq Espagnols interpellés avec 109 kg de (...)

À Saint-Gildas-de-Rhuys, cinq Espagnols interpellés avec 109 kg de pouces-pieds

Dernière mise à jour le mardi 7 janvier 2020

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 06 Janvier 2020
Visualiser l’article original


Cinq Espagnols ont été interpellés par les gendarmes, dimanche soir, à Saint-Gildas-de-Rhuys. Dans leurs sacs, 109 kg de pouces-pieds pêchés illégalement.

C’est une enquête menée depuis la fin novembre qui a permis d’aboutir à cette belle prise. Dimanche soir, vers 21 h, des gendarmes maritimes de la Brigade de surveillance du littoral, à Lorient, épaulés par des gendarmes de la compagnie de Vannes, ont procédé à l’interpellation de cinq Espagnols à Port-aux-Moines, dans la commune de Saint-Gildas-de-Rhuys.

Trois d’entre eux revenaient d’une partie de pêche illégale, avec 109 kg de pouces-pieds ramassés sur les rochers au large, et les deux autres s’apprêtaient à les embarquer pour les amener de l’autre côté des Pyrénées.

« Ces crustacés ont une forte valeur marchande. Ils sont revendus autour de 200 euros le kilo en Espagne », note le major Bruno Tromeur, commandant de la Brigade de surveillance du littoral. Leur butin peut donc être estimé à plus de 20 000 euros. Le parquet de Vannes a été saisi de l’affaire.

« Pilleurs des mers »

L’alerte a été donnée par une riveraine qui a vu les trois Espagnols se mettre à l’eau depuis un semi-rigide. Une opération de surveillance a alors été mise en place. Mais les premiers renseignements concernant cette filière de braconnage remontent à la fin novembre. Ces Espagnols stationnaient avec une remorque dans un camping. L’enquête a été menée en coopération avec les forces de l’ordre espagnoles.

L’été dernier, déjà, une filière comparable avait été démantelée. Olivier Le Nezet, président du Comité régional des pêches, va se porter partie civile et espère des peines dissuasives : « C’est un vrai tour de force des gendarmes maritimes qui sont aussi parvenus à identifier les acheteurs. C’est toute une filière qui tombe. On attend de lourdes sanctions financières mais aussi des interdictions du territoire français ».

Olivier Le Nezet est très remonté contre ceux qu’il appelle des « pilleurs des mers ». « Les pêcheurs français doivent respecter une multitude de règles imposées pour préserver la ressource… Eux viennent se servir sans foi ni loi. J’espère que le juge sera d’une extrême sévérité »..

Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP