Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

21 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 19 janvier : Bezhin Breizh. Macroalgue sous serre : un projet pilote à 20 M€ 18 janvier : Pêche. Tellineur, un métier menacé17 janvier : Sarzeau. La spiruline marine dope ses projets 15 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 14 janvier : Innovation. À bord du premier ferry autonome du monde 12 janvier : Innovation. Une lampe frontale pour surfer de nuit11 janvier : Lorient. Dix tonnes de merlu saisies au port de Lorient-Kéroman 10 janvier : Une méduse serait immortelle !9 janvier : Manche : les gendarmes contrôlent les pêcheurs à pied, trois infractions relevées8 janvier : Port-en-Bessin. Une vedette SNSM plus grande en attendant une neuve d’ici 20247 janvier : Pêche plaisance. Les quatre départements bretons réunis 5 janvier : Groix. Un rorqual de 16,50 m échoué sur les rochers4 janvier : Plouézec. Les trois apnéistes avaient pêché illicitement 398 coquilles Saint-Jacques 3 janvier : Baleine. Le Japon va reprendre ouvertement la pêche commerciale 2 janvier : Madagascar : à la découverte du premier caviar africainDécembre 2018 : Pêche. Tellineur, un métier menacéDécembre 2018 : Coquilles. À bord de l’Eter VagDécembre 2018 : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 1900Décembre 2018 : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ansDécembre 2018 : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique Décembre 2018 : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault
Accueil > Actualités de la mer > Abeilles : les épandages de pesticides interdits pendant la journée

Abeilles : les épandages de pesticides interdits pendant la journée

Dernière mise à jour le samedi 3 mai 2014

Article paru
sur le site "Le Figaro" - 29 avril 2014
Visualiser l’article original



Le ministre de l’Agriculture veut limiter la forte mortalité des insectes pollinisateurs.

En matière d’abeilles, le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, a pris le dossier à bras-le-corps, lui qui symboliquement a installé cet hiver quatre ruches dans le jardin de son ministère. Il vient encore de le prouver ce lundi lors d’un point d’étape sur le plan de développement durable de l’apiculture, le premier en la matière, qu’il a mis en place en 2013 pour une durée de trois ans.

En période de floraison des cultures, potentiellement de mars à octobre, les agriculteurs ne pourront utiliser des traitements contre les insectes qu’après le coucher du soleil. Une décision que Stéphane Le Foll a prise après avoir pris connaissance des conclusions d’une étude de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) sur les épandages de pesticides. Ce travail « conclut de manière claire que les abeilles sont sensibles à la lumière ; il va falloir qu’on modifie les pratiques d’épandage vers des épandages le soir », quand les abeilles ne butinent plus, affirme-t-il.

Même avant le lever du soleil, ces traitements, jusqu’ici autorisés uniquement dans la mesure où ils comportent la « mention abeille », représentent un danger selon l’Anses. « Ils laissent des traces de pesticides dans l’eau, dans la rosée, qui peuvent perturber les abeilles », indique l’agence. L’enjeu est de taille car la France figure au premier rang européen pour la mortalité de cet insecte indispensable à la pollinisation des fleurs. « L’Anses a noté une perte de 13% des colonies d’abeilles d’avril à septembre en France, indique Axel Decourtye, directeur scientifique et technique de l’Itsap (Institut de l’abeille). Cet insecte est essentiel pour l’alimentation humaine, qui dépend pour un tiers d’une pollinisation par les insectes. »

Concrètement, il faudra attendre un peu pour que cette décision soit applicable. « Un arrêté interministériel d’interdiction des épandages en journée est en cours de rédaction et doit être publié au Journal officiel d’ici trois à quatre mois », précise un responsable de la protection des végétaux à la Direction générale de l’alimentation au ministère de l’Agriculture.
Rémanence des produits sur les végétaux

Une bonne nouvelle pour les associations de défense des abeilles. « À l’exception des abeilles sauvages nidifiant dans le sol, l’absence de luminosité représente en effet la seule garantie permettant de s’assurer de l’absence de butineuses dans les cultures, explique Axel Decourtye. La rémanence des produits sur les végétaux implique également de proscrire leur application en fin de nuit ou à l’aube. »

En revanche, les industriels des produits phytosanitaires sont sceptiques. « Nous n’avons pas été consultés par rapport à cette décision que nous apprenons par les médias

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP