Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le (...)

Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...

Dernière mise à jour le mardi 25 septembre 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 22 Septembre 2018
Visualiser l’article original


Algopack, entreprise bretonne basée à Saint-Malo, utilise les algues brunes pour réaliser différents objets en plastique. Les sargasses restent toutefois un problème aux Antilles.

En Bretagne, la start-up Algopack s’est spécialisée dans le plastique à partir des algues brunes, les sargasses. Elle réalise des dalles, des cadres de lunettes, des verres, des jetons de caddies, des urnes funéraires… L’entreprise basée à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) a développé pour des éleveurs « des petits palets d’algues pour les cochons avec lesquels ils peuvent passer leur nerf ». « Comme ils sont dans des espaces assez confinés, ils développent une certaine agressivité, c’est pour leur bien-être », commente le président d’Algopack David Coti.

Au départ du projet, le chef d’entreprise avait envisagé d’utiliser les algues vertes, fléau en Bretagne, « des algues bretonnes, mais trop coûteuses ». Contrairement à l’algue verte, l’algue brune contient plus de fibres et moins d’eau, autour de 80 % contre 98 %. Pour un même produit, la quantité d’algues à traiter est inférieure. La clientèle d’Algopack : « des entreprises du CAC 40 qui ont la volonté de réduire leur bilan carbone, de diminuer leur consommation de plastique pétrolier », analyse M. Coti. Selon le PDG, « le produit plaît beaucoup aux entreprises mais il faut qu’on résolve l’équation du prix et la production de gros volumes ».

Les dangers de la collecte

Outre le coût qui reste élevé par rapport aux produits issus de la pétrochimie, la difficulté réside dans l’installation d’un point de collecte des sargasses. « On peut prévoir sur quelques mois mais selon les années, les lieux d’échouage sont changeants. En ce moment, il y en a en Guadeloupe mais il peut ne plus en avoir pendant les trois prochaines années et en avoir à la Barbade », explique Xavier Le Métayer, chargé de la production à Algopack.
…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP