Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Algues vertes. À qui profite le doute ?

Algues vertes. À qui profite le doute ?

Dernière mise à jour le mardi 22 février 2011

Article paru sur le site "Le Télégramme" - Jeudi 17 Février 2011
Visualiser l’article original



Algues vertes. À qui profite le doute ?

Les nitrates d’origine agricole, seuls responsables du phénomène des algues vertes ? La question était au coeur du grand débat organisé à Plomodiern mardi par les agriculteurs du Porzay, venus en nombre.

A l’initiative de cette soirée, le Comité de développement des agriculteurs du Pays de Châteaulin, qui avait promis un débat « apaisé ». Force est de reconnaître que l’on est resté digne de part et d’autre. La partie n’était pourtant pas gagnée, vu la composition de la salle. Tout le monde était là ! Agriculteurs, représentants de coopératives, défenseurs de l’environnement, élus locaux. Et puis il n’aura échappé à personne que cette conférence, prévue de longue date, se retrouvait dans un contexte tendu, exacerbé par la campagne d’affichage lancée par France Nature Environnement (Le Télégramme d’hier et d’avant-hier).

« On a touché le fond mais on creuse encore »

Comme on pouvait s’y attendre, Daniel Mazeau, le directeur adjoint de la Chambre d’agriculture, a exprimé son écoeurement. « On a touché le fond, mais on creuse encore. Ce manque de sérénité est destructeur, et ce n’est pas comme ça qu’on y arrivera ». Vice-président de la chambre, le Capiste André Sergent est allé plus loin, dénonçant « le fait d’une poignée d’intégristes qui ne savent pas quoi faire de leur temps libre.Et tout ça, avec des fonds publics » !

Qui dit vrai ?

Puis vint le moment attendu de la soirée, avec la confrontation entre les deux invités. La bataille d’arguments a bien eu lieu et chacun a pu s’exprimer sans être interrompu. De façon très posée, Sylvain Ballu, chargé du suivi des algues vertes sur le littoral breton pour le Ceva*, s’est attaché à démontrer scientifiquement l’origine, l’évolution et la possible résolution du problème. Puis vint le tour de Christian Buson, président de l’Institut de l’Environnement que beaucoup décrivent comme une sorte de Claude Allègre sur la question des algues vertes. Dans un style plus véhément, ce Docteur en agronomie a démonté les affirmations de son vis-à-vis en niant la nocivité des nitrates et l’influence de l’azote sur les marées vertes. « On est dans des amalgames, on voit bien que le but, c’est de vous flatter. On essaye de vous enfumer », a aussitôt réagit Sylvain Ballu, sans toutefois réussir à dissiper le doute dans une salle très majoritairement agricole, et qui n’a applaudit que Christian Buson. À l’arrivée, difficile pour les néophytes de se forger une opinion.

Élus prêts à se décharger

Dans la salle, les élus locaux semblaient assez enclins à partager les doutes émis par Christian Buson. Nombreux à prendre la parole, ils ont surtout évoqué le plan de lutte gouvernemental qui doit se mettre en place d’ici octobre et dont ils sont un peu les bras armés. « La Préfecture de Région, qui nous demande un diagnostic, s’est entourée d’un comité scientifique dont les modèles sont infirmés par Christian Buson. Chacun va devoir jouer carte sur table. Mais comme élu local, on ne veut pas être les amortisseurs sur le terrain d’une politique formatée au-dessus de nos têtes », a prévenu Paul Divanach, le vice-président de la communauté de communes de Châteaulin-Le Porzay, en charge des questions environnementales. Plus radical, Alain le Quellec, maire de Quéménéven et agriculteur, a estimé que les élus locaux devaient se décharger de toute implication dans ce dossier. « L’État a l’expertise scientifique, c’est à lui de prendre les décisions ». « Le risque, a mis en garde Sylvain Ballu, c’est que l’on vous impose une réglementation uniforme, indépendante des spécificités de votre territoire ».

* Centre d’études et de valorisation des algues, Pleubian (22).



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP