Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Algues vertes. En retard, elles sont de retour

Algues vertes. En retard, elles sont de retour

Dernière mise à jour le lundi 20 août 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 17 Août 2018
Visualiser l’article original


Les algues vertes ont fait leur retour cet été sur les plages de Bretagne, mais plus tardivement, et moins intensément que d’habitude.

En matière de marée verte, l’année 2018 aura été exceptionnelle en Bretagne : les ulves se sont fait discrètes pendant toute la première partie de la saison. Elles sont quand même revenues cet été. On fait le point avec Sylvain Ballu, du Centre d’études et de valorisation des algues (Ceva), installé à Pleubian, dans les Côtes-d’Armor.

Depuis 2002, un suivi des dépôts d’algues

C’est au Ceva qu’est confiée la mission d’évaluer la présence des algues vertes sur les côtes, en Normandie et dans les Pays de la Loire, mais surtout en Bretagne, où le problème est important. Ces mesures sont effectuées de façon très scientifique.

« Depuis 2002, on assure un suivi avec les mêmes outils, à la même fréquence, et avec la même façon de faire », insiste Sylvain Ballu. Chaque année, de mi-avril à mi-octobre, une fois par mois, pendant une marée basse de vives eaux, un survol des côtes est effectué en avion. « Les horaires de vol sont calculés pour suivre l’onde de marée : il y a trois heures de décalage entre Brest et la baie du Mont-Saint-Michel », explique Sylvain Ballu.

Des milliers de photos sont effectuées à cette occasion : elles vont être traitées afin de rentrer dans un système d’information géographique les tracés des dépôts d’algues, et de chiffrer les surfaces recouvertes. Ces données sont complétées par des observations sur le terrain, des prélèvements d’algues, d’eau, etc.

L’objectif fixé au Ceva par les acteurs de la lutte contre les algues vertes, c’est de fournir une « photographie », un indicateur, de l’importance des échouages, et de mieux comprendre le phénomène des marées vertes
Un démarrage exceptionnellement tardif en 2018

En opposition avec l’année précédente, le démarrage a été tardif, « le plus tardif mesuré en 17 ans », souligne Sylvain Ballu. Le début de saison a donné des « signes encourageants » : sur les mois d’avril, mai et juin, les dépôts constatés ont été « quatre fois moins importants, en moyenne, que les années précédentes ».

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP