Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Algues vertes. La méthanisation ne séduit pas le Trégor

Algues vertes. La méthanisation ne séduit pas le Trégor

Dernière mise à jour le lundi 20 juin 2011

Article paru sur le site "Le Télégramme" - Jeudi 16 Juin 2011
Visualiser l’article original



Algues vertes. La méthanisation ne séduit pas le Trégor

Algues vertes et méthanisation ne font pas bon ménage. Malgré des appels à projets, le Trégor ne manifeste aucun désir d’accueillir des unités de méthanisation.

L’ancien ministre et probable candidat à la présidentielle Jean-Louis Borloo viendra en fin de semaine inaugurer l’unité de méthanisation Geotexia, à Saint-Gilles-du-Mené. Mais le Trégor n’est pas le Mené. Aucune unité de traitement en vue ! Méthanisation et algues vertes ne font pas bon ménage ici. Par la valorisation des déjections animales et autres déchets agricoles, le processus de méthanisation doit contribuer à des rejets moindres d’azote en mer, afin d’éviter la prolifération des algues vertes et ses corollaires (marées vertes...). Mais cela ne séduit pas les Trégorrois.

Aucun projet

Malgré un double appel à projets de méthanisation lancé à l’automne 2010 par l’Ademe Bretagne (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), aucun n’a été présenté sur le secteur de Lannion. Et ce, alors que la date de limite de dépôt des derniers dossiers est le 30juin. L’Agence espérait une vingtaine de stations sur l’ensemble des huitbassins-versants où les flux de nitrates doivent être réduits de 30%. Sauf improbable retournement, la Lieue de Grève offrira un zéro pointé. La plus proche exploitation ayant choisi de se prendre au jeu se trouve à... Plélo, à la Croix de l’Hôtellerie. Mais le Gaec Clos de la Pierre est situé à plus de 50km de la Lieue de Grève. L’absence de volume conséquent de lisier et de fumier peut expliquer cette vacance de projets. C’est du moins ce qu’assurent les services de Lannion Trégor Agglomération. La présence même d’ulva armoricana a également excité la curiosité d’industriels, spécialistes de la mise en valeur des déchets, mais cela n’ira pas plus loin.

Algues co-substrat il faut oublier !

Intégrer des algues vertes au processus de méthanisation faisait partie de la liste des projets visant à valoriser les ulves (comme à réduire leur production). Faisait, car cette éventualité est aujourd’hui balayée par les industriels, venus aux renseignements ces derniers mois. Cinq entreprises de l’est de la France et d’Allemagne ont rencontré les élus ou simplement étudié les données transmises par les services de LTA. Ils ont vite reculé. « Une fois fournies les données sur les périodes de prolifération ainsi que sur le fait que le sable compose 30 à 40% du poids total du ramassage des algues, cela semble lesfreiner », explique GwénaëlleBriand, chargée du suivi du ramassage et de l’épandage des algues vertes pour Lannion Trégor Agglomération. Pour faire simple, la période de production est jugée trop courte et les prélèvements trop faibles pour lancer un projet industriel ! Il faudrait ainsi un volume d’algues plus élevé pour faire le grand saut industriel, avec pour but final de tarir la source...
Un comble !

David Thomas



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP