Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Algues vertes : des scientifiques ont-ils été exclus du dossier (...)

Algues vertes : des scientifiques ont-ils été exclus du dossier ?

Dernière mise à jour le vendredi 19 juin 2020

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 18Juin 2020
Visualiser l’article original :


Pierre Aurousseau, ex-président du Conseil scientifique de l’environnement de Bretagne (CSEB), supprimé en 2016, affirme que la Région a exclu les scientifiques du dossier des algues vertes. « Faux », réagit le vice-président au Conseil régional en charge de l’Environnement, de l’Eau, de la Biodiversité et du Climat, Thierry Burlot.

« Contrairement à ce qu’a déclaré Thierry Burlot dans une récente interview à Tébéo, les scientifiques ont bien été exclus du dossier des algues vertes et des autres dossiers environnementaux en Bretagne », affirme Pierre Aurousseau, président du Conseil Scientifique de l’Environnement de Bretagne, de 2004 à 2016.
Indépendance gênante ?

« Ce qui est écrit dans la BD d’Inès Léraud - « Algues Vertes, l’histoire interdite » - est malheureusement la stricte vérité. Le Président le Drian a décidé, en 2016, de ne pas reconduire le CSEB et de suspendre le modeste financement qui lui permettait de fonctionner », déclare l’ancien président. Ce dernier rappelle que cette structure, créée en 1993 par le président de la Région, Yvon Bourges, était une initiative originale. La Région, confrontée à de nombreux problèmes d’environnement, ayant trait en particulier à la qualité des eaux douces et littorales, désirait s’appuyer sur les avis du conseil scientifique. « Cela a très bien fonctionné pendant 23 ans, souligne Pierre Aurousseau. Je peux témoigner que le CSEB a bénéficié pendant toute cette période d’une totale indépendance. Nos avis mesurés mais fermes n’ont jamais fait l’objet de censure… Le CSEB a été très actif et force de proposition. Mais il a sans doute été jugé, au bout d’un moment, que notre activité, notre indépendance empêchait de faire de la politique en rond ».
« Une approche plus collaborative »

« Nous n’avons pas supprimé l’appui scientifique en arrêtant le CSEB », répond Thierry Burlot. Nous l’avons modifié pour aller vers une nouvelle approche, moins descendante, plus collaborative entre les scientifiques et les acteurs de terrains, notamment les élus en charge des plans algues vertes dans les bassins-versants ». Et d’expliquer que la Région, en 2016, a proposé aux membres du CSEB d’intégrer le CRESEB (Centre de Ressources et d’Expertise sur l’Eau en Bretagne), créé cinq ans auparavant. « Une majorité d’entre eux l’a fait, car ils voyaient un intérêt à se rapprocher des acteurs pour construire leurs recherches et améliorer leur appui à la décision publique… Et ce, en conservant, bien sûr, toute leur indépendance : en effet, la Région ne finance pas les scientifiques, ils sont mis à disposition par leur structure au sein du CRESEB »..


Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP