Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Autorisations et interdictions de pêche de coquillages

Autorisations et interdictions de pêche de coquillages

Dernière mise à jour le jeudi 9 décembre 2010

Article paru sur le site "Ouest-France" - Vendredi 03 Décembre 2010
Visualiser l’article original



Autorisations et interdictions de pêche de coquillages

Les résultats des dernières analyses communiqués par le réseau de surveillance phytoplanctonique de l’Ifremer pour la recherche de toxines lipophiles dans des coquillages présentent une concentration en toxines lipophiles (Acide okadaïque et Dinophysistoxines) inférieure au seuil réglementaire dans le secteur estran de la baie de Douarnenez. Le Préfet du Finistère a donc autorisé ce vendredi la reprise des activités de pêche récréative et professionnelle, le ramassage, le transport, l’expédition, la distribution, et la commercialisation des coquillages, en vue de la mise à la consommation humaine ainsi que le pompage de l’eau de mer à des fins aquacoles en provenance du domaine public maritime et des eaux maritimes dans ce secteur estran de la baie de Douarnenez.

Par contre, le Préfet du Finistère rappelle que les interdictions portant sur le secteur suivant sont maintenues : pour présence de toxines amnésiantes (ASP - Pseudo-Nitzschia) : Secteur Concarneau large - Glénan / Les Moutons / le Corven de Trévignon, interdiction pour les pectinidés.

Recommandations : les personnes ayant consommé des coquillages provenant de ces zones et présentant des troubles gastriques (vomissements, diarrhées, nausées,…) ou des symptômes neurologiques (maux de tête persistants, désorientation et confusion) sont invitées à se rapprocher de leur médecin. Il est rappelé que l’ingestion des coquillages contaminés par les toxines phytoplanctoniques peut entraîner des gastro-entérites accompagnées de maux de tête avec risques de déshydratation, voire des troubles amnésiques. A la différence des contaminations microbiennes, la cuisson ne détruit pas la toxine que les coquillages ont concentrée, ce qui les rend donc impropres à la consommation.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP