Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

19 janvier : Bezhin Breizh. Macroalgue sous serre : un projet pilote à 20 M€ 18 janvier : Pêche. Tellineur, un métier menacé17 janvier : Sarzeau. La spiruline marine dope ses projets 15 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 14 janvier : Innovation. À bord du premier ferry autonome du monde 12 janvier : Innovation. Une lampe frontale pour surfer de nuit11 janvier : Lorient. Dix tonnes de merlu saisies au port de Lorient-Kéroman 10 janvier : Une méduse serait immortelle !9 janvier : Manche : les gendarmes contrôlent les pêcheurs à pied, trois infractions relevées8 janvier : Port-en-Bessin. Une vedette SNSM plus grande en attendant une neuve d’ici 20247 janvier : Pêche plaisance. Les quatre départements bretons réunis 5 janvier : Groix. Un rorqual de 16,50 m échoué sur les rochers4 janvier : Plouézec. Les trois apnéistes avaient pêché illicitement 398 coquilles Saint-Jacques 3 janvier : Baleine. Le Japon va reprendre ouvertement la pêche commerciale 2 janvier : Madagascar : à la découverte du premier caviar africainDécembre 2018 : Pêche. Tellineur, un métier menacéDécembre 2018 : Coquilles. À bord de l’Eter VagDécembre 2018 : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 1900Décembre 2018 : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ansDécembre 2018 : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique Décembre 2018 : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault Décembre 2018 : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes Décembre 2018 : #AlertePollution Décembre 2018 : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques
Accueil > Actualités de la mer > Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé

Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé

Dernière mise à jour le mercredi 20 septembre 2017

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 19 Septembre 2017
Visualiser l’article original


Inquiets d’un Brexit qui menace leur prospérité, les acteurs de la pêche française veulent faire entendre leur voix, jeudi et vendredi, à Quimper.

Ils craignent d’être laissés pour compte dans les négociations de divorce entre Londres et les Européens.

Ne pas faire de la pêche « la variable d’ajustement du Brexit » : la revendication revient souvent dans la bouche des professionnels et sera dans toutes les têtes des 500 congressistes participant aux Assises de la pêche et des produits de la mer.

« On ne veut pas être marginalisés », explique Hubert Carré, directeur général du comité national des pêches : « Depuis trois ans, on peut gagner de l’argent, il faut éviter que le Brexit aboutisse à l’équivalent de ce qu’a connu la sidérurgie dans les années 80 », explique-t-il. Car la sécession britannique menace l’horizon de la pêche française, les Anglais ayant annoncé vouloir retrouver le contrôle exclusif des droits de pêche à proximité de leurs côtes.

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP