Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > CO2, la mer défoncée à l’acide

CO2, la mer défoncée à l’acide

Dernière mise à jour le lundi 3 septembre 2018

Article paru sur le site "Libération :"
- 30 Août 2018
Visualiser l’article original


Depuis la révolution industrielle, les émissions de dioxyde de carbone n’ont eu de cesse d’augmenter dans l’atmosphère, modifiant et menaçant les organismes et les écosystèmes marins indispensables à la régulation du réchauffement climatique.
Le CO2, toujours le CO2. Le principal gaz à effet de serre que les humains émettent en quantité depuis l’époque industrielle est le grand responsable du réchauffement climatique. Seulement, on l’oublie souvent, ce mauvais garçon provoque l’acidification des océans, une des conséquences majeures de nos émissions.
Comment le changement climatique engendre-t-il l’acidification des océans ?

« L’océan et l’atmosphère échangent depuis toujours naturellement du dioxyde de carbone, explique la chercheuse au CNRS spécialiste de la géochimie marine Catherine Jeandel. C’est un gaz soluble dans l’eau, surtout les eaux froides.
Il s’y dissocie pour former des ions H+ qui rendent l’eau plus acide. » C’est le même phénomène que pour les sodas. Chaque jour, 30 millions de tonnes de CO2 sont absorbées sur les premières centaines de mètres de surface marine, soit entre un quart et un tiers de ce qui est émis par les activités humaines. Tout comme les forêts qui stockent près de 40 % du carbone terrestre (en incluant à la fois biomasse végétale et sol).
« Grâce au phytoplancton, l’océan crée 50 % de l’oxygène qu’on respire, ajoute le directeur de l’Observatoire océanologique de Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales), Vincent Laudet. Seulement, cette pompe marche tant que le plancton se développe bien. Avec l’acidification des océans, qui empêche une bonne fixation du carbone dans le carbonate de calcium, cette fonction pourrait bien diminuer. » Jusqu’à quel point les surfaces marines arriveront-elles à capter du carbone ?
Difficile à dire. Pour la chercheuse Françoise Gaill, de la plateforme Océan et Climat, il existe « une limite de chaleur que l’océan peut capturer, mais nous ne la connaissons pas encore. Atteindre ce seuil de saturation aura des conséquences dramatiques pour la vie sur Terre ».
Quelle augmentation de l’acidité observons-nous et quelles projections ?
…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP