Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

19 janvier : Bezhin Breizh. Macroalgue sous serre : un projet pilote à 20 M€ 18 janvier : Pêche. Tellineur, un métier menacé17 janvier : Sarzeau. La spiruline marine dope ses projets 15 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 14 janvier : Innovation. À bord du premier ferry autonome du monde 12 janvier : Innovation. Une lampe frontale pour surfer de nuit11 janvier : Lorient. Dix tonnes de merlu saisies au port de Lorient-Kéroman 10 janvier : Une méduse serait immortelle !9 janvier : Manche : les gendarmes contrôlent les pêcheurs à pied, trois infractions relevées8 janvier : Port-en-Bessin. Une vedette SNSM plus grande en attendant une neuve d’ici 20247 janvier : Pêche plaisance. Les quatre départements bretons réunis 5 janvier : Groix. Un rorqual de 16,50 m échoué sur les rochers4 janvier : Plouézec. Les trois apnéistes avaient pêché illicitement 398 coquilles Saint-Jacques 3 janvier : Baleine. Le Japon va reprendre ouvertement la pêche commerciale 2 janvier : Madagascar : à la découverte du premier caviar africainDécembre 2018 : Pêche. Tellineur, un métier menacéDécembre 2018 : Coquilles. À bord de l’Eter VagDécembre 2018 : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 1900Décembre 2018 : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ansDécembre 2018 : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique Décembre 2018 : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault Décembre 2018 : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes Décembre 2018 : #AlertePollution Décembre 2018 : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques
Accueil > Actualités de la mer > Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues

Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues

Dernière mise à jour le lundi 25 décembre 2017

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 22 Décembre 2017
Visualiser l’article original


Les diatomées, ces algues brunes représentées, ici, en image de synthèse, rendent davantage de services qu’on ne l’imaginait à la planète, révèlent les travaux auxquels a notamment participé le Brestois Paul Tréguer.
L’arrivée de l’hiver n’incite guère à penser au réchauffement climatique. Mais des scientifiques ne le perdent pas de vue et seize d’entre eux, dont trois Brestois (*), viennent de publier une découverte dans la prestigieuse revue britannique Nature Geoscience. Les océans absorbent du dioxyde de carbone (environ un quart des rejets humains de CO2), ralentissant ainsi l’effet de serre. Les micro-algues des eaux de surface (soit à moins de 1.000 mètres de profondeur) transforment par photosynthèse ce gaz carbonique en carbone organique, plus lourd que l’eau. Il descend vers l’océan profond, où il est séquestré pour plus d’un siècle, voire mille ans, dans ces eaux plus froides et stables. Mais on a sous-estimé le rôle des diatomées siliceuses dans ce transfert.
Un déclin incertain

On ne rend pas assez grâce à ces algues brunes microscopiques, protégées d’une cuirasse de silice, des services (relatifs) qu’elles rendent à la planète. Quand elles meurent, le carbone qu’elles renferment n’est pas régénéré sous forme de gaz carbonique dans les premiers 1.000 mètres, comme on le croyait, les laissant en contact avec l’atmosphère. Leurs carapaces de verre (appelons-la ainsi) l’emprisonnent et, alourdies, gagnent les abysses.

Ces chercheurs ont montré aussi que les diatomées n’ont pas toutes la même efficacité selon leur taille, leur forme, leur degré de silicification et leur environnement. Et, enfin, que leur déclin, dans un océan qui se réchauffe et se stratifie (avec un écart de température croissant entre surface et profondeur), reste incertain. Ils envisagent qu’elles s’adaptent au changement climatique et à l’acidification des océans, et poursuivent leur bonne oeuvre.
Une bombe à retardement

La capacité de ces micro-algues à entraîner par le fond ce carbone qui compromet notre avenir est de nature à rassurer. Mais, au-delà du fait que leur action ne suffit pas à compenser nos rejets, que devient ce carbone après quelques siècles ? Un parcours complexe, tracé par les courants et les différences de températures des eaux sur tout le globe, l’amène à remonter. Une bombe à retardement, pour une époque encore un peu lointaine à l’échelle humaine ? « On peut dire cela », confirme Paul Tréguer, un des auteurs brestois de l’article.

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP