Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Coquillages. Plus de 100.000 € la boulette administrative !

Coquillages. Plus de 100.000 € la boulette administrative !

Dernière mise à jour le mercredi 12 mai 2010

Le Télégramme.com - Mercredi 12 Mai 2010



Coquillages. Plus de 100.000 € la boulette administrative !

Les producteurs de coquillages de la rade de Brest peuvent se remettre au travail. Les services de l’Etat ont annulé l’interdiction prononcée vendredi après un dépassement du niveau limite de dinophysis observé à... Camaret.

Il ne faut décidément pas venir les chatouiller dans le contexte de crise qui les frappe avec la mortalité des jeunes huîtres. Les principaux ostréiculteurs et expéditeurs de coquillages de la rade de Brest ont tapé du poing, lundi après-midi, à la station d’Ifremer de Concarneau, après une fermeture de leur zone de pêche suite à une poussée de dinophysis (algue toxique microscopique) constatée à Camaret, à l’extérieur de la rade de Brest.

Décision unilatérale
Au chômage forcé depuis cet arrêté, les ostréiculteurs n’étaient pas au bout de leurs surprises lundi après-midi, lorsqu’ils apprenaient que l’intérieur de la rade de Brest et la zone de Camaret ne faisaient plus qu’une seule entité de contrôle de la qualité des eaux, depuis le 1er janvier dernier. Une décision prise unilatéralement, sans associer ni jamais en informer la profession.

Aucune cohérence scientifique
Depuis le 1erjanvier, les services chargés de la surveillance de la qualité de l’eau (la Direction Départementale de la Protection des Populations) liaient le destin des zones de Camaret et de la rade de Brest. Un mauvais résultat d’un côté de la rade entraînant la fermeture automatique de l’autre. Les professionnels se sont immédiatement opposés à cette simplification des procédures de prélèvement, en prouvant sans difficulté qu’elle n’avait aucune justification scientifique et qu’elle entraînait surtout d’immédiates et injustifiées conséquences économiques.

L’appui d’Ifremer
Comment relier deux zones qui ne partagent que très faiblement la même masse d’eau ? Avec l’appui des scientifiques d’Ifremer, les producteurs ont obtenu ce lundi, en urgence, une redéfinition des deux zones de pêche. Un retour aux deux zones historiques et distinctes.

Lourdes conséquences
La boulette administrative ne sera malheureusement pas sans conséquences pour les ostréiculteurs et les principaux expéditeurs de la rade au chômage forcés pendant trois jours et surtout dans l’obligation de rappeler l’ensemble de leurs lots écoulés depuis le 3 mai. Des pertes sèches que chiffrent certains entre 30.000 et 40.000 €, un trou de plus de 100.000 € pour l’ensemble des professionnels de la rade qui n’avaient pas besoin de ça en ce moment. La boulette de l’administration donnera-t-elle lieu à compensation ? Sans l’attendre, les professionnels mettent déjà les bouchées doubles.

Stéphane Jézéquel



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP