Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

19 janvier : Bezhin Breizh. Macroalgue sous serre : un projet pilote à 20 M€ 18 janvier : Pêche. Tellineur, un métier menacé17 janvier : Sarzeau. La spiruline marine dope ses projets 15 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 14 janvier : Innovation. À bord du premier ferry autonome du monde 12 janvier : Innovation. Une lampe frontale pour surfer de nuit11 janvier : Lorient. Dix tonnes de merlu saisies au port de Lorient-Kéroman 10 janvier : Une méduse serait immortelle !9 janvier : Manche : les gendarmes contrôlent les pêcheurs à pied, trois infractions relevées8 janvier : Port-en-Bessin. Une vedette SNSM plus grande en attendant une neuve d’ici 20247 janvier : Pêche plaisance. Les quatre départements bretons réunis 5 janvier : Groix. Un rorqual de 16,50 m échoué sur les rochers4 janvier : Plouézec. Les trois apnéistes avaient pêché illicitement 398 coquilles Saint-Jacques 3 janvier : Baleine. Le Japon va reprendre ouvertement la pêche commerciale 2 janvier : Madagascar : à la découverte du premier caviar africainDécembre 2018 : Pêche. Tellineur, un métier menacéDécembre 2018 : Coquilles. À bord de l’Eter VagDécembre 2018 : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 1900Décembre 2018 : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ansDécembre 2018 : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique Décembre 2018 : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault Décembre 2018 : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes Décembre 2018 : #AlertePollution Décembre 2018 : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques
Accueil > Actualités de la mer > Coquilles Saint-Jacques. Empoisonnante toxine

Coquilles Saint-Jacques. Empoisonnante toxine

Dernière mise à jour le jeudi 29 janvier 2015

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 27 Janvier 2015
Visualiser l’article original



C’est une saison blanche pour la récolte de coquilles Saint-Jacques en rade de Brest.
La faute à une toxine aux propriétés amnésiantes, présente en trop grande quantité dans une coquille qui peine à s’en débarrasser.
D’ailleurs, pas sûr que la prochaine saison soit sauvée !
L’apparition du phénomène. Parmi les milliers d’espèces de micro-algues en suspension dans l’eau de mer, il en est une, le pseudo nitzschia australis qui préoccupe particulièrement la communauté scientifique. Identifié il y a une vingtaine d’années autour du continent australien (d’où son nom), ce phytoplanction toxique a engendré une grave intoxication, en 1987, sur l’île du Prince Édouard au Canada (rive sud du Golfe du Saint-Laurent), touchant une centaine de personnes ayant consommé des moules lourdement contaminées. Ce premier cas avéré a entraîné la mort d’au moins quatre personnes et des troubles neurologiques divers pour les autres : perte de mémoire immédiate et temporaire mais aussi altérations plus graves des facultés avec nécroses de certains tissus du cerveau (hippocampe).
Des concentrations significatives pour les côtes bretonnes ont été enregistrées sur les gisements du sud avec une baie de Quiberon et une zone des Glénan fermées à la pêche pendant plusieurs années. Jusqu’à présent, les baies de Douarnenez et la rade de Brest passaient globalement au travers de la menace, avec de faibles poussées aux beaux jours en dehors des jours de pêche.
Mais les choses ont bougé depuis 2004. En 2014, pour une raison que n’expliquent pas encore complètement les scientifiques, la rade de Brest a enregistré durant l’été un record absolu de concentration de cette toxine dans les coquilles, jusqu’à 861 milligrammes par kilo de chair, soit plus de 40 fois le seuil admis (jusqu’à 20 mg par kg de chair) pour la commercialisation de la coquille entière.
Le traitement du problème. Pas grand chose à faire, « qu’attendre que la toxine soit naturellement évacuée par la coquille Saint-Jacques », explique Dominique Le Gal qui travaille sur le sujet depuis 1999 au laboratoire d’Ifremer à Concarneau.
Contrairement aux autres coquillages qui évacuent plus rapidement cette toxine, la coquille met un certain temps à relâcher la substance toxique qui finit par coloniser la gonade et le muscle par forte concentration. « De 861 mg cet été, on est descendu à 282 mg aujourd’hui. Trop haut encore pour autoriser le décorticage (250 mg). Il faut des semaines, voire des mois, pour que les coquilles se défassent des dernières traces, les plus difficiles à évacuer », indique-t-il.....

Lire l’article complet ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP