Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Création d’un laboratoire de surveillance de la filière crevettière

Création d’un laboratoire de surveillance de la filière crevettière

Dernière mise à jour le mercredi 29 décembre 2010

Article paru sur le site "Agence Française de Développement" - Jeudi 23 Décembre 2010
Visualiser l’article original



Création d’un laboratoire de surveillance de la filière crevettière

Contexte

Depuis une quinzaine d’années, l’aquaculture de la crevette est affectée par des maladies qui limitent son succès dans un bon nombre de pays qui pratiquent cette culture. Les pandémies en Amérique ou en Asie ont eu des impacts économiques négatifs sur certains pays. Un certain nombre de pays importateurs (Europe, Japon, Etats-Unis) ont déjà mis en place une réglementation sanitaire contraignante concernant l’importation de crevettes dans leur territoire.

Madagascar, dont la filière crevettière est la première filière exportatrice du pays, est encore indemne des maladies de la crevette répertoriées au niveau international. Les producteurs malgaches sont cependant inégalement sensibilisés aux risques existants, et aucun dispositif n’est mis en place pour diagnostiquer ces maladies.

La filière crevettière à Madagascar génère 10.000 emplois et crée 100 millions d’euros de devises au pays annuellement. La profession a choisi un élevage semi intensif et respectueux de l’environnement, ce qui permet de positionner le produit sur un marché haut de gamme.

Pour protéger cette filière, extrêmement importante pour l’économie du pays, l’AFD a décidé d’apporter son soutien à la mise en place d’un système de contrôle malgache, dans le cadre du Programme de Renforcement des Capacités Commerciales (PRCC). Ce programme fait partie du plan français d’aide au renforcement des capacités commerciales des pays en développement, dont l’objectif est d’aider les pays pauvres à tirer avantage de la mondialisation. L’aide fournie couvre l’amélioration des capacités d’exportation et une assistance technique institutionnelle.

Objectifs

La finalité du projet est l’amélioration de la compétitivité des entreprises du secteur crevettier, en permettant de répondre aux exigences des marchés d’exportation et en diminuant les risques sanitaires liés aux élevages de crevettes.

Il vise plus particulièrement à :

- Organiser le suivi épidémiologique et sanitaire régulier de tous les élevages de crevette du pays, qu’ils soient industriels ou artisanaux
- Appuyer la filière en renforçant les capacités de diagnostic des maladies de la crevette à Madagascar

Descriptif du projet

Le projet est mis en œuvre par l’Institut Pasteur de Madagascar. Il comprend :

- La création d’un laboratoire de haut niveau spécialisé dans le diagnostic des maladies virales de la crevette
- Le renforcement et la mise à niveau de la réglementation malgache pour rendre le contrôle et la surveillance des maladies de la crevette obligatoires
- La sensibilisation des différents acteurs de la filière au suivi du risque de maladies, et la formation du personnel aux prélèvements et à l’interprétation des analyses.

Impacts

L’autorité sanitaire, sur résultats du laboratoire, est compétente pour délivrer des certificats sanitaires (maladies virales) qui seront nécessaires pour l’exportation notamment vers l’Union Européenne (l’essentiel de la production malgache est destiné au marché européen) ;

Les fermes aquacoles peuvent assurer un meilleur suivi de leur élevage et limiter ainsi l’impact des maladies sur leur activité et la propagation de pandémies ;

Le secteur de l’aquaculture, qui a connu une expansion rapide depuis les années 1990, emploie 5000 personnes et est un moteur économique dans les zones très reculées où les fermes sont implantées.

Dates et montants

Démarrage : 2005
Financement : Subvention de 1,4 M€ à l’Etat malgache, rétrocédée à l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) pour la mise en œuvre du projet


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP