Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Culture de micro-algues grâce à la méthanisation

Culture de micro-algues grâce à la méthanisation

Dernière mise à jour le vendredi 8 mars 2013

Article paru
sur le site "Maville" - Mars 2013
Visualiser l’article original


la production de spiruline, en partenariat avec une société de Vannes.
Jean-Marc Onno est exploitant agricole (polycultures et élevage de porcs) à Guernequay, à Moustoir-Remungol, près de Locminé. Il a été le premier en Morbihan et le deuxième en Bretagne à se lancer dans la méthanisation.

Son installation tourne depuis le printemps 2010. Elle produit du biogaz (par fermentation du lisier des porcs de l’élevage et quelques apports), de la chaleur et du digestat.

Récolte tous les jours

Le biogaz est transformé en électricité. La chaleur permettait jusqu’à présent de chauffer les porcheries, une champignonnière toute proche, la maison de l’exploitant et des logements à proximité.

Depuis quelques jours, elle chauffe aussi une serre où sont cultivées des micro-algues, des spirulines, utilisées comme compléments alimentaires.

Le concept est développé par la société Algae Green Value, de Vannes. Sous une serre de 65 m de long ont été construits deux bassins de 250 m2 chacun où sont cultivées les micro-algues. « Quand la concentration optimale d’algues est atteinte, on peut commencer les récoltes journalières », commente Georges Bonnin, directeur scientifique et technique.

Une pompe transmet les micro-algues vers un tamis muni de mailles d’une cinquantaine de microns. Il en sort une gelée qui est pressée en pâte, elle-même extrudée en filaments.

Ceux-ci sont mis à sécher sur des claies avant d’être ensachés sous vide. Évidemment, l’armoire de séchage utilise aussi la chaleur de la méthanisation.

Nutrition humaine et animale

« C’est une première en Bretagne », affirme Philippe Signes, le président d’Algae. Une ferme produit des micro-algues dans la Manche, mais le système est un peu différent. L’entreprise a investi à Guernequay dans le but d’établir un modèle de rendement : « Évaluer la taille du bassin, vérifier que la chaleur produite est suffisante. » Et persuader d’autres éleveurs.

La spiruline est bien connue pour ses qualités nutritives. Elle contient beaucoup de fer, 65% de protéines et des vitamines. « 10 g de ce produit équivaut à un steak de 50 g », dit Georges Bonnin.

Claude Lemercier
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP