Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Des ostréiculteurs soupçonnés

Des ostréiculteurs soupçonnés

Dernière mise à jour le mardi 20 décembre 2011

Article paru sur le site "20 Minutes" - Mercredi 14 Décembre 2011
Visualiser l’article original



Des ostréiculteurs soupçonnés

Les derniers mois de l’année sont difficiles pour les conchylicuteurs de l’étang de Thau. Surtout pour les ostréiculteurs. Pour la cinquième année consécutive, une vague de mortalité massive a touché les jeunes huîtres (naissains). « Certains ont perdu 80 à 90 % de leur production », explique un ostréiculteur mézois. L’ampleur de ces pertes est confirmée par l’Ifremer. Les vols d’huîtres deviennent donc un fléau supplémentaire. Ce second phénomène semble être lié au premier. « Les professionnels perdent la quasi-totalité de leur production à cause du virus. Ils sont donc tentés par le vol de coquillages sur les tables de voisins pour compenser leurs pertes. Ici, tout le monde sait que les voleurs sont des ostréiculteurs, lâchent Louis et Henri, deux professionnels mézois. Ces contrôles de gendarmerie devraient avoir lieu toute l’année. Ils dissuadent, mais n’empêchent rien. C’est facile de voler 500 kg en dix minutes, surtout quand on est du métier. »

Selon la gendarmerie, « les vols ont lieu principalement en journée, et sur l’eau », mais le commandant Husson n’avance pas que les voleurs sont des ostréiculteurs. Il confirme toutefois qu’« il faut du matériel spécialisé pour ce type de vols. » Du côté des professionnels, on en est convaincu. « On nous vole même à l’intérieur des mas. Là, c’est surtout du matériel. Et pour enlever un moteur sans faire de dégâts, il faut être du métier », déplorent Louis et Henri.N. G.


Cinq TONNES VOlées depuis janvier

Quinze vols ont été signalés par les ostréiculteurs du bassin de Thau, depuis le début de l’année 2011, contre 40 à la même époque en 2010. Toutefois, l’ampleur des vols est plus importante cette année malgré un nombre de faits plus réduit, avec 5 tonnes dérobées contre moins d’une tonne en 2010. « Nous avons eu deux gros vols d’une et de deux tonnes », explique le chef d’escadron Husson. La production annuelle sur l’étang est d’environ 10 000 tonnes. Le prix de vente du kilo d’huîtres de l’étang de Thau, aux professionnels, est estimé à deux euros.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP