Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Des poissons tropicaux bientôt dans nos assiettes

Des poissons tropicaux bientôt dans nos assiettes

Dernière mise à jour le lundi 9 mai 2011

Article paru sur le site "Ouest-France" - Lundi 09 Mai 2011
Visualiser l’article original



Des poissons tropicaux bientôt dans nos assiettes

Tambaqui, cobia... font l’objet d’un fort intérêt de la grande distribution et de la restauration. Au Salon Seafood de Bruxelles, le rendez-vous mondial des produits de la mer, l’alimentaire de demain se dessine aussi.

« Cocorico ! » Voilà le cri de satisfaction que les professionnels de la filière française des produits de la mer auraient pu lancer à l’annonce des résultats des prix d’Élite, remis la semaine dernière au salon European Seafood Exposition de Bruxelles.

La société lorientaise Halieutis a été distinguée dans la catégorie « restauration » pour ses ribs de tambaqui. Décerné par un panel international d’acheteurs de la grande distribution et de la restauration, le trophée salue l’innovation... et devrait servir d’accélérateur pour son introduction sur les marchés européens.

Un coup de pouce utile pour mettre dans les assiettes des Français le tambaqui, ce cousin omnivore, à tendance végétarienne, du piranha. Si sa chair est appréciée au Brésil, où il est élevé, le tambaqui est aussi inconnu dans l’Hexagone que le pangas ou encore le tilapia voici dix ans.

Cobia, sériole, pintado...

Pourtant, face à la baisse régulière des quotas de pêche dans l’Union européenne comme ailleurs, les poissons tropicaux, à chair blanche, issus d’une aquaculture responsable, font l’objet d’un intérêt tout particulier des équipes d’approvisionnement ou d’acheteurs, présents en nombre au Seafood.

Le cobia, élevé au Vietnam par Marine Farms, et le paiche du Pérou sont des noms à retenir. Les produits australiens tels le barramundi, autrement dit le bar tropical, ou la sériole en sont d’autres, comme le pintado ou poisson tigre du Brésil. D’abord diffusées chez les restaurateurs, ces espèces pourraient venir assez vite sur les étals des grandes surfaces. Car les statistiques le prouvent : si les cours du saumon ou du cabillaud (14,20 € le kg en février, + 12,4 % sur un an) flambent trop, les Français sont prêts à mettre dans leurs chariots des filets de poissons blancs moins onéreux (8 € le kg de pangas en février, + 15 % sur un an).

Néanmoins, les produits des côtes françaises ont encore de l’avenir. Les sardines de bolinche certifiées MSC ont été mises à l’honneur sur le pavillon France. Halios, filiale du groupe Fipêche, les propose en filets et en barquettes. Le merlu débarqué à Lorient est la star de la gamme fish & snack d’Halieutis...

Le « snacking » (la consommation sur le pouce) de produits nomades et pratiques est une tendance lourde de l’alimentaire. Elle arrive en force cette année dans l’univers des produits de la mer. La société Norway vient de lancer, sous sa marque Côté Phare, des sushis box qui ont immédiatement séduit la grande distribution. Avec leurs atouts nutritionnels reconnus, les produits de la mer, s’ils savent se rendent pratiques, restent promis à un bel avenir.

Céline ASTRUC



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP