Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > EDF s’intéresse aux homards de Paimpol

EDF s’intéresse aux homards de Paimpol

Dernière mise à jour le jeudi 27 janvier 2011

Article paru sur le site "Le Figaro" - Samedi 22 Janvier 2011
Visualiser l’article original



EDF s’intéresse aux homards de Paimpol

EDF participe au financement d’un programme d’étude sans précédent sur les homards au large de Paimpol avant la mise en service à l’été 2012 de quatre hydroliennes dans une zone que les pêcheurs bretons avaient "sanctuarisée" pour préserver les crustacés.

Le but est d’établir une sorte "d’état zéro" de la ressource, un point de référence pour pouvoir mesurer les éventuels effets des quatre hydroliennes sur les homards, ont expliqué cette semaine à Paimpol les protagonistes de l’étude, EDF et le comité des pêches de Lannion-Paimpol. "La pêche des homards est emblématique de la région. Elle représente une forte valeur ajoutée", a expliqué Laure Robigo, la jeune ingénieure halieutique de 26 ans recrutée par le comité des pêches pour mener l’étude.

Le travail de Mme Robigo consiste aujourd’hui à marquer des femelles homards achetées aux pêcheurs avant de les relâcher et suivre ainsi leur périple. Chaque femelle aura été marquée par une entaille V sur sa queue et identifiée par un numéro frappé sur une bague jaune insérée dans l’abdomen. Lorsque les specimen sont recapturés il est demandé aux professionnels et plaisanciers de noter le numéro, la date, la position GPS de capture, la longueur de la carapace et la présence d’oeufs, puis de les ramener pour remise à l’eau.

En 2010, 2.033 homards ont été marqués. "17 ont été recapturés, la plupart plus à l’ouest, dont 6 sur la côte de l’île de Batz et un au phare de l’île Vierge dans le Finistère nord", soit après un parcours de près de 200 km en moins de quatre mois. "Globalement, ces crustacés vont d’est vers l’ouest et du large vers la côte", selon Mme Robigo. "On est encore dans le balbutiement, le début d’un état des lieux", observe la jeune chercheuse, se félicitant que son travail "fédère les énergies de tous les acteurs, EDF, Ifremer, professionnels, plaisanciers, collectivités locales...". "Et tout cela donne une bonne image des pêcheurs", dit-elle.

"On est en plein dans le Grenelle de l’environnement, dans la gestion des pêches durables et responsables et des énergies non polluantes", s’est félicité de son côté Yannick Hémeury, le président du comité des pêches de Lannion-Paimpol.

Les hydroliennes - 16 mètres de diamètre, 21 m de haut et poids de 700 tonnes - fourniront environ 3 gigawatts, soit l’équivalent de la consommation de 2.000 foyers. La première sera installée dès cet été. Les quatre seront connectées au réseau à l’été 2012.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP