Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

19 janvier : Bezhin Breizh. Macroalgue sous serre : un projet pilote à 20 M€ 18 janvier : Pêche. Tellineur, un métier menacé17 janvier : Sarzeau. La spiruline marine dope ses projets 15 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 14 janvier : Innovation. À bord du premier ferry autonome du monde 12 janvier : Innovation. Une lampe frontale pour surfer de nuit11 janvier : Lorient. Dix tonnes de merlu saisies au port de Lorient-Kéroman 10 janvier : Une méduse serait immortelle !9 janvier : Manche : les gendarmes contrôlent les pêcheurs à pied, trois infractions relevées8 janvier : Port-en-Bessin. Une vedette SNSM plus grande en attendant une neuve d’ici 20247 janvier : Pêche plaisance. Les quatre départements bretons réunis 5 janvier : Groix. Un rorqual de 16,50 m échoué sur les rochers4 janvier : Plouézec. Les trois apnéistes avaient pêché illicitement 398 coquilles Saint-Jacques 3 janvier : Baleine. Le Japon va reprendre ouvertement la pêche commerciale 2 janvier : Madagascar : à la découverte du premier caviar africainDécembre 2018 : Pêche. Tellineur, un métier menacéDécembre 2018 : Coquilles. À bord de l’Eter VagDécembre 2018 : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 1900Décembre 2018 : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ansDécembre 2018 : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique Décembre 2018 : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault Décembre 2018 : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes
Accueil > Actualités de la mer > En Antarctique, les éponges de mer tirent parti du réchauffement (...)

En Antarctique, les éponges de mer tirent parti du réchauffement climatique

Dernière mise à jour le mercredi 17 juillet 2013

Article paru
sur le site "Maxisciences" - 15 Juillet 2013
Visualiser l’article original


Les éponges hexactinellides (appelées éponges de verre) n’ont pas un rythme de vie et de reproduction aussi lent qu’on le pensait. C’est du moins ce qu’a permis de constater une nouvelle étude récemment publiée dans la revue Current Biology et menée par des chercheurs allemands. Pour en venir à cette conclusion, ces derniers sont partis observer les créatures dans des eaux où les observations sont normalement rares grâce à un engin particulier qui a pu filmer les profondeurs.

"En comparant les (...) vidéo prises par un véhicule sous-marin télécommandé dans une des parties les moins accessibles de l’Antarctique, nous avons trouvé un doublement de la biomasse et une abondance d’éponges de verre, dont le nombre a été multiplié par 3, entre 2007 et 2011. C’est beaucoup plus rapide que n’importe lequel d’entre nous l’aurait cru possible", explique Claudio Richter, de l’Institut Alfred Wegener (Allemagne).

"Un principe général à tirer de notre étude est que les communautés benthiques [= du fond marin] sont très dynamiques, même dans les conditions environnementales extrêmes qui règnent dans l’Antarctique. Il y a quatre ans, la zone d’étude était dominée par une espèce d’ascidie. Maintenant, cette espèce pionnière a pratiquement disparu, laissant la place à une communauté dominée par de jeunes individus d’une éponge de verre", poursuit sa collègue Laura Fillinger.

Un impact sur l’écologie globale ?

Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP