Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Énergies marines. Trois projets bretons épaulés par l’Etat

Énergies marines. Trois projets bretons épaulés par l’Etat

Dernière mise à jour le mercredi 15 décembre 2010

Article paru sur le site "Le Télégramme" - Mercredi 08 Décembre 2010
Visualiser l’article original



Énergies marines. Trois projets bretons épaulés par l’Etat

Sabella à Ouessant, Winflo piloté à Lorient, Orca à Paimpol. Trois des cinq projets d’énergies renouvelables marines retenus par le gouvernement dans le cadre des Investissements d’avenir (ex-grand emprunt) sont bretons.

« C’est une bonne nouvelle, un signe de l’Etat qui manquait un peu ces derniers mois », commentait hier Patrick Poupon, directeur du pôle de compétitivité mer Bretagne, qui a labellisé les deux dossiers aidés par l’Etat, sans que le montant ne soit encore notifié. « C’est un sacré pas pour développer une filière française », juge pour sa part Xavier Ferrey, directeur de la communication de la société lorientaise Nass & Wind, qui pilote le projet d’éolienne flottante Winflo, avec pour partenaires DCNS, Saipem, Ifremer, Ensta Bretagne et In Vivo. Le démonstrateur, dont les études d’optimisation ont commencé, représente environ 40M€. C’est une plate-forme semi-submersible avec une nacelle à axe horizontal, à 80m au-dessus de l’eau, avec un rotor de 110m de diamètre, et une puissance de l’ordre de 4MW. Le consortium souhaite l’expérimenter en 2012-2013 au large de l’île de Groix (56).

1.000 emplois directs

L’idée est de livrer une première machine en 2015 pour arriver à une centaine en 2020. L’hypothèse, en rythme de croisière, est de 1.000 emplois directs et 4.000 induits. On ne sait encore où se fera le démonstrateur et les séries ensuite. Brest aimerait que ce soit dans le port du Ponant. A noter quand même : DCNS a répondu à l’appel à manifestation d’intérêt lancé pour occuper un polder brestois. Du côté du projet d’hydrolienne Sabella (*), « on attend toujours l’écrit et les modalités précises », réagissait hier Jean-François Daviau, président de Sabella. Egalement retenu Dans le grand emprunt pour les Investissements d’avenir, ce projet prévoit l’immersion dans le Fromveur, pour l’Ile d’Ouessant, d’une hydrolienne (Sabella D10), dotée d’un rotor de 10m de diamètre ancré au fond et d’une puissance de 350kw.

Reconnaissance publique

Sabella, qui s’était associée pour ce projet à Ifremer, Veolia environnement, le bureau Véritas, disposera ainsi d’une avance remboursable de 3,1millions d’euros et 400.000euros de subvention. Une aide donc mais aussi une reconnaissance publique qui devrait faciliter une levée de fonds de 6,5M€ auprès d’investisseurs privés, estime Sabella qui avait concouru en 2009 à l’appel à projets de l’Ademe dans le cadre du fonds démonstrateur du Grenelle. « « Trois fonds d’investissement attendaient cette décision », a précisé Jean-François Daviau. Sabella D10 pourrait donc être immergée dans le Fromveur dès la fin 2011, une deuxième phase étant la création d’une ferme de quatre D10 avec l’énergéticien Direct énergie. Quant au projet Orca, plus récent, qui consiste en une ferme expérimentale à Paimpol, il est actuellement en cours d’instruction auprès du Pôle de compétitivité mer.

(*) Sabella compte les sociétés HydroHélix, Sofesid Engineering, In Vivo Environnement, Dourmap. L’aventure avait commencé il y a 11 ans à Quimper. En 2008, un prototype de 3m de diamètre avait été testé à Bénodet.

Vincent Durupt et Jacky Hamard



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP