Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Energy Island : à la découverte des énergies renouvelables

Energy Island : à la découverte des énergies renouvelables

Dernière mise à jour le mardi 22 février 2011

Article paru sur le site "Développement Durable" - Mercredi 16 Février 2011
Visualiser l’article original



Energy Island : à la découverte des énergies renouvelables

Ce mardi 15 février a marqué l’inauguration de l’exposition européenne itinérante Energy Island au Palais de la découverte. Ouverte jusqu’au 15 mai 2011, elle sera rythmée par les Mardis durables, tables rondes portant sur les défis technologiques des énergies de demain. Débats, animations, projections… un événement destiné aux adultes, professionnels ou amateurs, comme aux enfants !

Fruit de la collaboration scientifique entre différents pays européens, cette exposition recherche avant tout à sensibiliser les enfants aux sources d’énergie renouvelables.

Dans cette optique, différents ateliers leur permettent de manipuler des technologies énergétiques innovantes et d’être acteurs plutôt que simples spectateurs. Ils peuvent ainsi transformer par eux-mêmes l’énergie des vagues en électricité en actionnant une micro-usine houlomotrice qui alimente une diode ou même commander un bateau couvert de panneaux photovoltaïques à l’aide de projecteurs.

Inaugurée à Rome en 2009, Energy Island poursuit son itinérance jusqu’en avril 2012 où elle s’achèvera en Autriche.

Les Mardis durables du Palais

Parallèlement à l’exposition, des tables rondes thématiques sont organisées chaque mois au cours des Mardis durables du Palais, entre des acteurs du développement durable. Une première séance est réservée aux lycéens de 14h à 16h, sur inscription obligatoire, et la suivante, de 16h30 à 18h, est accessible à tous (voir site du Palais de la découverte).

Ce mardi inaugural du 15 février a porté sur le thème « Les îles, terres d’innovation pour les réseaux électriques intelligents ». En direct de la station polaire Princess Elisabeth Antarctica, Alain Hubert, chef de mission et président de la Fondation polaire internationale a pu prendre part au débat via Skype.

Une station polaire 100 % autonome et « zéro émission »

Il a ainsi pu présenter cette station tout à fait innovante, mise sur pied par la Fondation Polaire Internationale avec le concours de différents partenaires dont GDF SUEZ.

Le projet est révolutionnaire ! En effet, la base fonctionne en totale autonomie dans un environnement hostile et n’émet aucune particule polluante. Une prouesse technologique encore au stade expérimental rendue possible par l’architecture passive du bâtiment (structure bois et aluminium), le couplage batterie / panneaux photovoltaïques et éoliennes, des bioréacteurs et un système électrique intelligent dit smart grid. Ainsi c’est un ordinateur, « Big Brother », qui gère la répartition optimale de l’énergie suivant les besoins prioritaires des occupants, les réserves des batteries etc.

Ici, pas question de passer l’aspirateur si les réserves énergétiques ne le permettent pas ou si les conditions climatiques ne sont pas propices à l’emmagasinement d’énergie…Big Brother met son veto ! « Ce système préfigure un changement de comportement que l’on va devoir faire dans nos sociétés occidentales » certifie Alain Hubert, qui déplore également notre méconnaissance de ce que consomment réellement nos appareils électriques. D’après Joseph Maire, chargé de mission chez EDF, « ces smart grid permettraient de diminuer de 30 % notre consommation ».

Les îles, de par leur isolement et leur proximité avec la nature, constituent de formidables laboratoires d’expérimentation des nouvelles énergies vertes. La Guyane arrive en tête du palmarès avec une production de 70 % d’électricité d’origine renouvelable, 40 % pour la Réunion qui expérimente actuellement une batterie sodium-soufre couplée à sa production hydroélectrique…

Le maire de l’Ile d’Yeu, rattachée à la centrale nucléaire de Chinon, regrette cependant quant à lui « que les petites îles métropolitaines françaises soient les grandes oubliées du Grenelle de la mer ».

Néanmoins, ces projets constituent de belles avancées technologiques qui pourraient être adaptées, outre les îles, à toutes les zones isolées du monde qui ne peuvent être reliées à un réseau électrique centralisé.

Pour consulter une vidéo sur le réseau intelligent, cliquez ici (dans l’article original)

pauline meyniel



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP