Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

19 janvier : Bezhin Breizh. Macroalgue sous serre : un projet pilote à 20 M€ 18 janvier : Pêche. Tellineur, un métier menacé17 janvier : Sarzeau. La spiruline marine dope ses projets 15 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 14 janvier : Innovation. À bord du premier ferry autonome du monde 12 janvier : Innovation. Une lampe frontale pour surfer de nuit11 janvier : Lorient. Dix tonnes de merlu saisies au port de Lorient-Kéroman 10 janvier : Une méduse serait immortelle !9 janvier : Manche : les gendarmes contrôlent les pêcheurs à pied, trois infractions relevées8 janvier : Port-en-Bessin. Une vedette SNSM plus grande en attendant une neuve d’ici 20247 janvier : Pêche plaisance. Les quatre départements bretons réunis 5 janvier : Groix. Un rorqual de 16,50 m échoué sur les rochers4 janvier : Plouézec. Les trois apnéistes avaient pêché illicitement 398 coquilles Saint-Jacques 3 janvier : Baleine. Le Japon va reprendre ouvertement la pêche commerciale 2 janvier : Madagascar : à la découverte du premier caviar africainDécembre 2018 : Pêche. Tellineur, un métier menacéDécembre 2018 : Coquilles. À bord de l’Eter VagDécembre 2018 : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 1900Décembre 2018 : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ansDécembre 2018 : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique Décembre 2018 : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault Décembre 2018 : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes Décembre 2018 : #AlertePollution Décembre 2018 : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques
Accueil > Actualités de la mer > Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière

Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière

Dernière mise à jour le lundi 16 avril 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 13 Avril 2018
Visualiser l’article original


De nombreux bâtiments conchylicoles ont été reconvertis en résidence sur le littoral. Pour les jeunes éleveurs, les places manquent. La Région et la filière s’allient pour contrer le phénomène.

La côte bretonne attire toutes les convoitises et les élevages conchylicoles ne font pas exception. Bien souvent, les exploitations possèdent un bâtiment à deux pas de leur parc de coquillage. Idéal pour les particuliers à la recherche d’une résidence les pieds dans l’eau. Alors, pendant longtemps, beaucoup d’éleveurs sur le départ ont préféré leur vendre à prix d’or plutôt que de transmettre à d’autres professionnels, pour des montants deux à trois fois inférieurs. La loi littorale interdit pourtant de transformer les élevages en résidence mais les propriétaires misent sur une dérogation des pouvoirs publics.

Trois installations recalées

Résultat, dans le Morbihan, où le phénomène est très accentué, 10 à 20 % des bâtiments conchylicoles ont disparu en vingt ans. Un vrai problème pour les communes, qui ont ainsi vu partir une activité participant à leur vitalité. Le phénomène est aussi problématique pour les jeunes exploitants. « On se retrouve sans espace pour les installer », constate Philippe Le Gal, président du Comité de conchyliculture de Bretagne Sud. L’année dernière, sur sept demandes d’installation, quatre seulement ont pu être satisfaites.

Si nous ne faisons rien, dans dix ans, nous pouvons tout perdre.

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP