Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger

Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger

Dernière mise à jour le mercredi 28 novembre 2018

Article paru sur le site "HUFFPOST :"
- 27 Novembre 2018
Visualiser l’article original


Deuxième domaine maritime au monde, la France a une responsabilité et un rôle majeur à jouer dans la protection de la haute mer au niveau international.
Ce qui fait de la terre une planète exceptionnelle est la présence des océans. Ils sont clés dans la régulation du climat, la fourniture d’oxygène par leurs ressources et leur biodiversité́. Ils représentent un espoir immense pour nourrir ou soigner les hommes.

Deuxième domaine maritime au monde, puissance scientifique, militaire, économique de premier plan sur les océans, la France a une responsabilité et un rôle majeur à jouer dans la protection de la haute mer au niveau international.

Située au-delà̀ des zones économiques exclusives (ZEE), la haute mer ne relève pas des juridictions nationales. Alors qu’elle représente 64% de la surface des océans, aucun texte juridique international ne permet de conserver et d’utiliser durablement cet espace. Son usage, bien qu’en développement croissant, demeure peu réglementé, à l’exception des sols et sous-sols marins, gérés par l’Autorité́ internationale des fonds marins (AIFM).
Ce qui fait de la terre une planète exceptionnelle est la présence des océans. Ils sont clés dans la régulation du climat, la fourniture d’oxygène par leurs ressources et leur biodiversité́. Ils représentent un espoir immense pour nourrir ou soigner les hommes.

Deuxième domaine maritime au monde, puissance scientifique, militaire, économique de premier plan sur les océans, la France a une responsabilité et un rôle majeur à jouer dans la protection de la haute mer au niveau international.

Située au-delà̀ des zones économiques exclusives (ZEE), la haute mer ne relève pas des juridictions nationales. Alors qu’elle représente 64% de la surface des océans, aucun texte juridique international ne permet de conserver et d’utiliser durablement cet espace. Son usage, bien qu’en développement croissant, demeure peu réglementé, à l’exception des sols et sous-sols marins, gérés par l’Autorité́ internationale des fonds marins (AIFM).

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP