Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Il va falloir s’habituer aux méduses en Bretagne

Il va falloir s’habituer aux méduses en Bretagne

Dernière mise à jour le vendredi 5 juin 2020

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 05 Juin2020
Visualiser l’article original :


Depuis plusieurs semaines, les méduses, dont d’impressionnants spécimens, prolifèrent dans le sud de la Bretagne. Certaines espèces occasionnent de vilaines piqûres comme récemment à La Torche. Un phénomène qui va devenir de plus en plus habituel sur les côtes bretonnes.

Il est 14 h ce dimanche 24 mai, Vanessa est heureuse. Après deux mois d’abstinence, la jeune surfeuse brise les chaînes du confinement et retrouve l’océan. Grand soleil à La Torche, sur la commune de Plomeur (29)) mais la température de l’eau n’excède pas les 17°C. La sportive enfile sa combinaison. La session est chouette, Vanessa prend quelques belles vagues. Elle quitte le fameux spot bigouden à 16 h 30. Deux heures plus tard, les démangeaisons commencent, elles sont localisées « au niveau du front ». La nuit, tout s’accélère. Son visage gonfle littéralement. « Au matin, ce n’était pas beau à voir, j’étais défigurée façon Elephant Man », raconte la Penmarchaise. Verdict : c’est une piqûre de méduse. Son médecin lui prescrira de la cortisone et un antihistaminique qu’elle prend encore aujourd’hui. Il faudra attendre deux jours pour qu’elle désenfle. « Dans l’eau, je n’ai rien vu, rien senti », confie-t-elle.
« Même mortes, elles conservent leur toxicité plusieurs jours »

Ce genre de mésaventure n’est pas très fréquent. Sauf que depuis le week-end de Pentecôte, le risque s’est multiplié avec l’arrivée en nombre de méduses sur nos plages. Le Sud-Bretagne est particulièrement touché. Les témoignages et photos pullulent sur les réseaux sociaux. Les méduses piquent notre curiosité. Il ne faut pourtant pas s’en approcher, encore moins les toucher. Distanciation physique hautement recommandée. « Toutes les méduses ont un pouvoir urticant. Même mortes, elles conservent leur toxicité plusieurs jours », rappelle Dominique Barthélémy, conservateur adjoint en charge du milieu vivant à Océanopolis. En cas de contact, « il faut éviter de rincer à l’eau douce mais plutôt à l’eau de mer. On conseille de mettre du sable sur la brûlure et ensuite de racler avec un bout de carton/plastique pour décoller les tentacules de la peau », indique le spécialiste.
.

Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP