Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > L’Inra lance un vaste projet européen pour analyser et prédire l’évolution des (...)

L’Inra lance un vaste projet européen pour analyser et prédire l’évolution des écosystème

Dernière mise à jour le samedi 17 novembre 2012


Jusqu’à présent, la fragmentation des dispositifs Européens de recherche sur les écosystèmes ne permettait pas d’étudier, par une approche intégrée, leurs réponses aux changements globaux, en cours et à venir. ANAEE fournit à la communauté scientifique en écologie et en agronomie, un réseau d’infrastructures permettant la compréhension et la prédiction des impacts des changements climatiques, des modes de gestion des terres et de la biodiversité sur le fonctionnement et la dynamique des écosystèmes continentaux.

Une coordination Inra pour un projet d’excellence et d’envergure internationale
Coordonné par l’INRA et co-construit avec le CNRS, le projet européen ANAEE vise à améliorer les dispositifs existants et à construire de nouvelles infrastructures pour la recherche sur les écosystèmes. Il a pour objectif la mise en place, à l’échelle européenne, d’un ensemble coordonné de plateformes d’expérimentation et d’observation in situ ainsi qu’en milieu contrôlé (comme les Ecotrons du CNRS), qui seront associées à des plateformes d’analyse et de modélisation. Ces plateformes de haute technologie s’intègrent en France aux Systèmes d’Observation et d’Expérimentation au long terme pour la Recherche en Environnement (SOERE) et à l’infrastructure nationale en Biologie et Santé ‘ANAEE Services’ financée dans le cadre des Investissements d’Avenir.
Ce réseau de plateformes performantes et durables à l’échelle européenne permettra notamment :
- de prendre en compte une variété de conditions de sols et de climats ;
- d’expérimenter des modes de gestion contrastés (forêts, prairies, cultures alimentaires ou non), susceptibles d’engendrer diverses trajectoires d’évolution des écosystèmes ;
- d’enregistrer l’évolution sur le long terme des variables relatives à la végétation, au sol et à la biodiversité ;
- de mesurer les flux de matière et d’énergie, en particulier vers l’atmosphère et l’hydrosphère et de les relier aux changements globaux ;
- ou encore de modéliser le fonctionnement et la dynamique des écosystèmes selon les différents scénarios de changements globaux.
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP