Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > L’éolien en pleine mer, des projets porteurs

L’éolien en pleine mer, des projets porteurs

Dernière mise à jour le mercredi 4 août 2010

Ouest-France - Vendredi 23 Juillet 2010



L’éolien en pleine mer, des projets porteurs

L’éolien offshore est peut-être la ressource non polluante idéale sur ce secteur en terme d’économie et d’emplois...
Activité toute neuve en France, l’éolien offshore est réglementé par l’État qui se charge d’organiser sur les côtes nationales la concertation et le développement, sous la responsabilité des préfets.

Prioritaire ou éventuel

D’ici quelques semaines ou mois, l’État devra trancher entre deux zones retenues en Loire-Atlantique et en Vendée : une « prioritaire » au large du Croisic, grosso modo sur le banc de Guérande et l’autre, « éventuelle », au large de l’île de Noirmoutier et de l’île d’Yeu. L’appel d’offres, une fois les zones déterminées, sera arrêté avant la fin de l’année pour un lancement de procédure vers la mi-2011. Ainsi, il sera désigné un porteur de projet exclusif sur la zone. Après, c’est le jeu classique de l’enquête publique et les études d’impact environnemental pour avoir une concession. Les plus optimistes miseront sur 2012 pour avoir la concession. Et le début de la construction serait dans deux ou trois ans. La mise en service d’un projet pourrait tutoyer les années 2015, 2016 ou 2017.

Trois postulants sur les rangs

Trois sociétés sont dans les starting-blocks pour la zone nord Loire : Nass And Wind, la plus ancienne sur le projet car elle travaille sur la zone depuis deux ans, pour effectuer relevés et analyses afin de peaufiner des schémas qui permettraient à 80 éoliennes de développer 400 MW sur 80 km2. Elle prédit quelque 500 emplois directs pendant les trois années de construction. La deuxième société, Enertrag, un développeur allemand, voudrait implanter entre 80 et 100 éoliennes sur 100 km2 sur le banc de Guérande. Enfin une troisième, An Avel Braz, vient de montrer le bout de son nez. La société fait déjà dans le terrestre et le photovoltaïque. Elle est née à la fin 2004, sous le nom d’An Avel Braz Limited, en Écosse, à Edimbourg, en même temps que sa filiale française, la SARL An Avel Braz, par Xavier de La Rochefoucauld. Ce dernier est dans les énergies renouvelables depuis début 2000 : il a créé la Société Française d’Éoliennes, dont Xavier de La Rochefoucauld est l’un des trois associés fondateurs.

Des emplois à la clé

Un petit colloque tenu voici quelques semaines à La Baule a permis à Nicolas Debon, de La Carène, et Olivier Maupu, de Neopolia Marine Solutions, de s’exprimer : « Notre région s’implique fortement dans les énergies maritimes aux côtés des politiques, des institutionnels ou de l’école normale de Nantes. »

« Il nous faut chercher une diversification à la construction navale, la métallurgie et autres » : la Carène a proposé le schéma de planification régional élaboré par la préfecture. L’éolien offshore est la cible immédiate (2 000 MW) sur la grande façade ouest.

STX Europe intéressé

« L’éolien offshore ne se transporte pas par la route, ce sont des usines à quai. D’où l’intérêt de l’estuaire de la Loire et de son grand port maritime. Nous travaillons sur la maintenance et la flotte adaptée au niveau des navires de servitudes ». STX Europe évoque de nombreuses études pour les navires de pose. Il en sera probablement question dans le cadre de la diversification des chantiers et du réseau d’entreprises Neopolia, lors de la venue du président de la République, aujourd’hui à Saint-Nazaire (lire par ailleurs).

Michel ORIOT



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP