Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > L’importance des Zones économiques exclusives dans l’outre-mer (...)

L’importance des Zones économiques exclusives dans l’outre-mer français

Dernière mise à jour le mardi 18 octobre 2011

Article paru sur le site "France Culture" - Jeudi 13 Octobre 2011
Visualiser l’article original



L’importance des Zones économiques exclusives dans l’outre-mer français

Interview (12’) (voir l’article original)

Les zones économiques exclusives (ZEE) portent mal leur nom, puisque qu’elles sont d’abord maritimes.

Selon le droit de la mer, institué en 1982 avec la célèbre convention de Montego Bay (Jamaïque), les États ont des droits souverains sur une étendue maritime de 200 milles marins (soit 380 km) à partir de leurs côtes.

Cela comprend à la fois ce qu’on appelle la « colonne d’eau » et les fonds marins, soit le sous-sol. Il s’agit d’un principe universel (qui n’est pas appliqué en Méditerranée, à cause de l’exiguïté du bassin) : même si les États-Unis n’ont pas ratifié le droit de la mer, ils le respectent, et seront forcés de l’entériner.

La France occupe le deuxième rang mondial de ZEE, après les États-Unis, à raison de ses possessions ultra-marines, peu nombreuses (souvent de simples « cailloux ») mais dispersées et isolées (océans Atlantique et Pacifique, dont les Terres australes et antarctiques françaises).

Les autres pays européens eux-mêmes sont souvent bien dotés en la matière.

Or, les fonds marins recèlent des ressources prouvées, probables ou possibles considérables.

Michel Verpeaux est professeur à la Sorbonne



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP