Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > La France se dote d’un « Comité pour les métaux stratégiques »

La France se dote d’un « Comité pour les métaux stratégiques »

Dernière mise à jour le jeudi 3 février 2011

Article paru sur le site "Rfi" - Mercredi 02 Février 2011
Visualiser l’article original



La France se dote d’un « Comité pour les métaux stratégiques »

C’est une prise de conscience générale. Devant la raréfaction et l’inflation du coût de certains minerais, comme les terres rares, il y a quelques mois, les États des pays dits riches - mais qui sont en réalité pauvres en ces ressources naturelles si disputées - se dotent les uns après les autres de structures publiques pour réfléchir aux façons de garantir l’approvisionnement de leurs industriels, aujourd’hui et demain.

Avec la bénédiction de la Commission européenne, qui n’a aucune compétence sur l’approvisionnement en matières premières, autre que de souligner les failles en termes de compétitivité ou d’environnement, l’Allemagne a pris les devants : son « Agence des matières premières » est née en octobre 2010. La France crée à son tour un « Comité pour les métaux stratégiques ». Réunissant, sous l’autorité du ministre de l’Industrie, des responsables politiques, des scientifiques et des représentants des filières industrielles, le COMES aura pour vocation d’identifier les risques dans l’approvisionnement, que certains fabricants de composants, particulièrement des PME, ignorent parfois, trop isolées dans leur spécialité.

Le Comité aura aussi pour mission d’imaginer des solutions - juridiques s’il faut attaquer un fournisseur étranger défaillant ; ou industrielles comme la moindre utilisation d’un minerai pour la même fonction, la substitution d’un métal par un autre, ou le recyclage accru de nos déchets, en particulier électroniques. La « mine urbaine » sera le prochain filon qu’il faudra creuser, selon le Bureau de recherches géologiques et minières, membre du COMES, qui a déjà travaillé avec le groupe Rhodia sur la récupération des terres rares des ampoules basse consommation usagées.

La création d’une filière de recyclage digne de ce nom devrait d’ailleurs être au menu des entretiens du Pdg de Rhodia avec le ministre Eric Besson ce mercredi 2 février 2011. L’Agence française de développement aura sa place au sein du COMES, pour encourager une meilleure valorisation des ressources minières dans les pays du champ de la coopération française.

Le COMES répond enfin au vœu de la ministre de l’Economie de créer en France un « pôle minier solide » avec pour porte-drapeau Areva et Eramet, face à des géants étrangers de plus en plus imposants.

Claire Fages



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP