Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > La Pointe du Médoc sur la piste de l’aquaculture

La Pointe du Médoc sur la piste de l’aquaculture

Dernière mise à jour le mercredi 20 avril 2011

Article paru sur le site "Sud-Ouest" - Samedi 16 Avril 2011
Visualiser l’article original



La Pointe du Médoc sur la piste de l’aquaculture

Initié il y a deux ans, un groupe de travail planche sur le développement des naissains d’huîtres, de la gambas et de la palourde. Pour l’heure, rien n’est joué.

Il ya deux ans, la CdC Pointe du Médoc mettait en place un groupe de travail dédié à l’aquaculture. Cette initiativea été porté par Franck Laporte, maire de Talais, et de Gérard Barbé, adjoint au maire du Verdon. Il est constitué des maires ou de leurs représentants, des aquaculteurs, des pêcheurs et des services de l’État. Les avancées de ce groupe semblent prometteuses. Elles vont à la faveur des pêcheurs de l’estuaire en difficulté et de la filière aquaculture en général.

« Notre idée initiale était d’étudier les possibilités de développement de l’aquaculture comme activité complémentaire et de réactiver l’ancien dossier sur l’huître et les coquillages fouisseurs en bassin et sur l’estran », expose Franck Laporte. « Nous avons un potentiel naturel énorme. La création d’un parc naturel marin ne peut que nous être favorable, de même que les efforts actuels de la CUB pour l’assainissement et l’amélioration de la qualité générale des eaux », poursuit Gérard Barbé. L’aquaculture en bassin est l’un des axes explorés : aujourd’hui seules les gambas et les palourdes sont exploitées. Il faudrait diversifier les produits, les aquaculteurs s’y emploient.

Un courrier au ministre
Une autre étude sur l’élevage des coquillages fouisseurs sur l’estran est en cours avecl’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) et les services vétérinaires. Une première campagne de prélèvement a eu lieu en 2010 sur les palourdes et les lavagnons. « Le lavagnon concentre trop de métaux lourds. En revanche les résultats sur la palourde sont encourageants, sous réserve d’un reclas- sement de l’estuaire en catégorie B (aujourd’hui en D). Une commercialisation pourrait être envisagée après quinze jours d’affinage en bassin. De nouvelles études à caractère bactériologique ont été demandées dans ce but. » Enfin, des espoirs prennent vie du côté de l’huître. « À titre expérimental et privé, certains aquaculteurs ont immergé des huîtres dans leurs bassins. Or, il semblerait que si les huîtres sont implantées "en suspension" dans les marais, leur capacité de développement est rapide et l’absorption de cadmium inférieure au seuil sanitaire requis », confie Franck Laporte. Résultats qui restent à valider par les autorités compétentes.

« Quant à la mortalité du naissain qui touche les ostréiculteurs français, la solution pourrait se trouver ici. En l’état actuel, un prélèvement de naissain est possible jusqu’à 15 millimètres, mais la capture d’huîtres est interdite. Des demandes d’exploitation et d’étude plus approfondie ont été présentées à la DDTM par les professionnels de Marennes et d’Arcachon. Le président de la CdC a adressé un courrier au ministre de l’Agriculture afin que nous soyons étroitement associés à tout projet et toute opération d’exploitation », dévoilent les deux élus.

Un projet des années 70
Et Gérard Barbé d’ajouter : « Nous possédons en Pointe du Médoc des atouts inexploités, un estuaire et un littoral océanique dont les températures et salinité des eaux sont différentes, propices à l’implantation d’écloseries d’huîtres et de gambas. La CdC vient de reprendre un projet des années 70 pour réaliser une écloserie sur le site des Cantines au Verdon en partenariat avec les Arcachonnais, et pourquoi pas la Charente-Maritime, sous réserve d’un accord préalable. »

« Nous espérons une réponse de principe rapide des services Ifremer pour la palourde. Concernant l’huître, nous savons le ministre de l’Agriculture préoccupé par l’acuité du problème de la mortalité. Nous attendons sa réaction. »

Maguy Caporal



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP