Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > La guerre de la pêche à pied est-elle déclarée ?

La guerre de la pêche à pied est-elle déclarée ?

Dernière mise à jour le mercredi 20 octobre 2010

Article paru sur le site "Ouest-France.fr" - Lundi 18 Octobre 2010
Visualiser l’article original



La guerre de la pêche à pied est-elle déclarée ?

On peut le penser, si on écoute Alain Malardé, président de SOS Petite Mer de Gâvres.Il a rassemblé près de 300 personnes à Riantec, hier, pour défendre « la coutume ».

D’un côté les professionnels. Ils sont 90 licenciés. Ils sont autorisés à ramasser des coquillages en Petite Mer de Gâvres, pour les commercialiser. Ils ont le droit de prélever 150 kg par jour et ne doivent pas dépasser les 100 tonnes par an. Ils sont adhérents du comité local des pêches Lorient-Étel, qui souhaite voir cette réglementation élargie aux pêcheurs amateurs. A savoir ceux qui pratiquent la pêche à pied de loisir, les jours de grande marée. Parmi eux, les habitants des rives de la Petite Mer. L’estran est leur jardin à coques et autres palourdes depuis des lustres. Ils défendent bec et ongles ce droit, acquis il y a une bonne centaine d’années. Ils ne veulent pas qu’en terme de quotas, on les soumette aux règles des professionnels. Ils l’ont dit haut et fort, hier matin à Riantec, lors de la manifestation organisée par Alain Malardé.

« Je veux garder la côte »

Dans les rangs, toutes les générations étaient confondues. Comme le petit Anthony. Du haut de ses sept ans, il a proclamé : « Je pêche avec mes grands-parents. Je veux garder la côte. »

Alain Malardé a tenu un discours volontairement alarmiste, pour inciter les gens de l’outre rade à ne pas se laisser faire. « On veut privatiser la Petite Mer. Si on n’y prend pas garde, ici ce sera comme en Méditerranée, avec des plages privées. Vous n’aurez plus le droit de vous promener au bord de la mer ! » De quoi faire frémir le pêcheur à pied du cru.

Alain Malardé a fustigé au passage les relevés scientifiques d’Ifremer. Le préfet de Région en a également pris pour son grade. En effet, c’est lui qui dira d’ici quelques semaines, si la pêche amateur doit, elle aussi, être réglementée.

Le maire à la Fête des jardiniers

En revanche, devant la mairie de Riantec, les manifestants n’ont pas trouvé le maire, comme espéré. Jean-Michel Bonhomme s’était diplomatiquement excusé. Il devait, à la même heure, inaugurer la fête communale des jardiniers, qui se tenait juste à côté.

On peut le comprendre, ainsi que ses collègues de l’outre-rade du pays de Lorient. Vendredi dernier, tous ont été reçus au comité local des pêches à Lorient. Et ils ont convenu que pour préserver la ressource, il fallait mettre un peu d’ordre dans la collecte des coquillages. Certains amateurs abuseraient-ils ?

Des panneaux doivent être installés pour rappeler les droits et les devoirs de chacun. L’administration maritime a également annoncé qu’un garde serait installé. De quoi irriter encore un peu plus les membres de SOS Petite Mer de Gâvres. « Nous ramassons et oui, nous vendons une partie de notre pêche. Mais la recette est utilisée pour faire des dons aux associations », se défendent-ils. Hier matin, ils ont remis un chèque de 500 € à l’association des amis de l’hôpital gériatrique de Riantec. La main sur le coeur, ils répètent qu’ils ne sont là que pour préserver la tradition « chèrement acquise par nos aïeux ». Et ils affirment que ce sont eux, les plus fiables gardiens de la ressource en coquillages.

Françoise ROSSI



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP