Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > La mer, source de profit à préserver

La mer, source de profit à préserver

Dernière mise à jour le mardi 14 juin 2011

Article paru sur le site "Nord Littoral" - Jeudi 09 Juin 2011
Visualiser l’article original



La mer, source de profit à préserver

Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Écologie, du Développement Durable, de la Mer, des Transports et du Logement, en déplacement mercredi au centre national de la Mer Nausicaà à Boulogne-sur-Mer dans le cadre de la journée mondiale de l’Océan, a rappelé la volonté du gouvernement, après le Grenelle de la mer, de développer l’économie maritime tout en agissant pour la protection de la biodiversité.

« Leader mondial » de l’éolien marin

Concernant les énergies nouvelles, Nathalie Kosciusko-Morizet a prôné l’installation d’éoliennes offshore, pouvant produire « 6 gigawatts » d’électricité, « soit l’équivalent de 4 centrales EPR ». Un projet qui pourrait générer « 10 000 emplois », selon la ministre qui a rappelé que la France ambitionnait de devenir « leader mondial » du secteur.

Malgré les réticences qui s’expriment au niveau national contre l’installation d’éoliennes en mer, Nathalie Kosciusko-Morizet a estimé que les parcs éoliens « situés à 15 kilomètres des côtes », « n’étaient pas agressifs visuellement ».

Une nouvelle activité qui sera génératrice de taxes, redistribuées au profit de la préservation du littoral et des professionnels de la pêche.

Après avoir joué avec les lions de mer et s’être réjouie du maillage national constitué par les aquariums français (« Nausicaà a fait des petits »), Nathalie Kosciusko-Morizet a estimé que « plus personne n’avait d’excuses pour ne pas apprendre à connaître la mer ».

Un environnement pourtant menacé. Aussi a-t-elle rappelé que ce mercredi, en conseil des Ministres, le gouvernement avait acté le « paquet Erika 3 », du nom du pétrolier battant pavillon maltais qui avait fait naufrage en 1999 au large de la Bretagne, entraînant une pollution importante du littoral. Il s’agit du troisième volet de mesures qui permettent aux autorités de contrôler « 100 % des bateaux qui entreront dans nos ports » et de se prémunir ainsi contre les « pollueurs potentiels ».

« Nous aurons désormais la possibilité de refuser l’accès à nos ports des bateaux qui ne nous semblent pas sûrs », s’est réjouie la ministre.

Sur le plateau TV de Nausicaà, Nathalie Kosciusko-Morizet a répondu aux questions du Parlement des jeunes et souhaitait une remontée à l’Assemblée nationale des problématiques soulevées, sous la forme d’un « guichet unique ». « Nous devons faire pour la mer ce qui a été fait pour l’eau douce avec la création des agences de l’eau », escompte-t-elle.

Accompagnée de Guy Lengagne, président de Nausicaà et ancien ministre socialiste de la Mer, et de Philippe Vallette, directeur général de l’aquarium de Boulogne, Nathalie Kosciusko-Morizet a montré son intérêt pour la scénographie de Nausicaà.

« En 20 ans, nous avons accueilli beaucoup de personnes célèbres, mais je n’ai jamais vu quelqu’un montrer autant d’attention pour les espèces présentées », a salué Guy Lengagne, non sans informer la ministre du projet d’agrandissement de Nausicaà, qui nécessitera un investissement de 100 millions d’euros.

Mickaël TASSART



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP