Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

19 janvier : Bezhin Breizh. Macroalgue sous serre : un projet pilote à 20 M€ 18 janvier : Pêche. Tellineur, un métier menacé17 janvier : Sarzeau. La spiruline marine dope ses projets 15 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 14 janvier : Innovation. À bord du premier ferry autonome du monde 12 janvier : Innovation. Une lampe frontale pour surfer de nuit11 janvier : Lorient. Dix tonnes de merlu saisies au port de Lorient-Kéroman 10 janvier : Une méduse serait immortelle !9 janvier : Manche : les gendarmes contrôlent les pêcheurs à pied, trois infractions relevées8 janvier : Port-en-Bessin. Une vedette SNSM plus grande en attendant une neuve d’ici 20247 janvier : Pêche plaisance. Les quatre départements bretons réunis 5 janvier : Groix. Un rorqual de 16,50 m échoué sur les rochers4 janvier : Plouézec. Les trois apnéistes avaient pêché illicitement 398 coquilles Saint-Jacques 3 janvier : Baleine. Le Japon va reprendre ouvertement la pêche commerciale 2 janvier : Madagascar : à la découverte du premier caviar africainDécembre 2018 : Pêche. Tellineur, un métier menacéDécembre 2018 : Coquilles. À bord de l’Eter VagDécembre 2018 : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 1900Décembre 2018 : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ansDécembre 2018 : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique Décembre 2018 : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault Décembre 2018 : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes Décembre 2018 : #AlertePollution Décembre 2018 : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques
Accueil > Actualités de la mer > La surpêche alimente la prolifération des méduses

La surpêche alimente la prolifération des méduses

Dernière mise à jour le jeudi 21 mars 2013

Article paru
sur le site "GoodPlanet" - xx Mars 2013
Visualiser l’article original


PARIS (AFP) - La surpêche de petits poissons alimente la prolifération des méduses, a démontré une équipe de chercheurs ayant observé deux zones traversées par un même courant océanique, l’une au large de l’Afrique du Sud et l’autre dans les eaux de la Namibie.

Leur étude, publiée récemment dans le "Bulletin of marine science", compare l’évolution de deux écosystèmes situés à 1.000 km l’un de l’autre, l’un soumis à une gestion régulée de la pêche (Afrique du Sud) et l’autre non (Namibie).

"En Namibie, les quelque 10 millions de tonnes de sardines dans les années 1960 ont laissé place à 12 millions de tonnes de méduses", notent les chercheurs. "Il y a eu une très mauvaise gestion des stocks de sardines et d’anchois, surexploités et qui ont quasiment disparu", explique Philippe Cury, l’un des co-auteurs de l’étude.

"On estime que la biomasse des méduses y est désormais 2,5 fois égale à celle cumulée des poissons : c’est gigantesque et le problème, c’est qu’on ne sait pas comment ce sera réversible", alerte le chercheur de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) basé à Sète, en France.

"En Afrique du Sud, il y a eu une gestion très précautionneuse de la pêche de poisson fourrage (sardines, anchois, harengs, etc.) avec année après année une adaptation de l’effort de pêche en fonction des quantités disponibles, et on n’y observe pas cette irruption de méduses", poursuit Philippe Cury.

"Cette étude montre l’impact de l’homme sur la prolifération des méduses car jusqu’à maintenant les travaux se concentraient essentiellement sur les fluctuations de l’environnement, c’est à dire d’ordre climatique", explique le scientifique.

Le déclin de certains prédateurs et le chalutage des grands fonds sont d’autres pistes étudiées par la communauté scientifique.

"Là, on montre que si on retire une composante de l’écosystème, on a un basculement et un écosystème qui devient dominé par les méduses", note-t-il. "D’où la nécessité de préserver une certaine abondance de poisson fourrage".

Dans les zones où les petits poissons se font plus rares, il n’y a plus de compétition pour le plancton et le
Lire l’article complet ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP