Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le (...)

Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement

Dernière mise à jour le mercredi 10 octobre 2018

Article paru sur le site "Le Figaro :"
- 08 octobre 2018
Visualiser l’article original


Pour freiner la hausse du mercure, les émissions de CO2 doivent commencer à reculer dès 2020, soulignent les experts climat de l’ONU.

Vers 2040, la température moyenne de la planète atteindra ou dépassera 1,5°C par rapport au début de l’ère industrielle, si les émissions de gaz à effet de serre se poursuivent au rythme actuel. Cela représente une hausse de 50% par rapport au réchauffement enregistré jusqu’en 2017, où le mercure marquait déjà 1°C d’augmentation, selon le dernier rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur les changements climatiques), approuvé à Incheon (Corée du Sud) samedi et présenté lundi matin (à 3 heures, à Paris).
Les représentants de tous les pays l’ont approuvé, assure Valérie Masson-Delmotte, directrice de recherche au CEA (Commissariat à l’énergie atomique) au Laboratoire des sciences du climat, et coprésidente de la première partie du rapport du GIEC, « même les États-Unis, qui ont fait des remarques sur des formulations ».
Mais selon les scénarios étudiés, cette hausse de la température pourrait être atteinte entre 2030 et 2052, précise le résumé pour les décideurs politiques. Bref, le réchauffement s’accélère, comme le redoutait récemment Antonio Guterres, secrétaire général des Nations unies.

«  Premier rapport du GIEC où climatologues, spécialistes des impacts climatiques et scientifiques experts de l’atténuation ont travaillé ensemble  »

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP