Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Le billet vert. Jean-François Périgné, myticulteur sur l’Île d’Oléron : "La mer (...)

Le billet vert. Jean-François Périgné, myticulteur sur l’Île d’Oléron : "La mer descend beaucoup moins qu’avant"

Dernière mise à jour le vendredi 14 août 2020

Article paru sur le site " :"
- 12 Août 2020 Article
Visualiser l’article original


Le billet vert consacré tout l’été à la façon dont nous vivons avec le changement climatique. Les effets sont de plus en plus sensibles. Les scientifiques prévoient une accentuation dans les années qui viennent. Reportage sur le bord de mer ou les habitants subissent de plein fouet les effets du réchauffement..
Jean-François Périgné fait partie de ceux qui prennent le changement climatique de front. D’abord parce que c’est un responsable national de la Confédération paysanne, mais aussi et surtout parce qu’il est producteur de moule –myticulteur sur l’Île d’Oléron.

Quand il parle du changement climatique, il évoque l’érosion spectaculaire de la côte et les tempêtes à répétition qui lui ont coûté cher. En 1999 il a tout perdu. En 2010 avec Xynthia il a fait une année banche. Sauvé financièrement par la collecte de la fondation de France. Jean-François Périgné parle aussi du comportement de la mer qui change : "Nos parcs sont en mer, donc il y a des parcs qui sont sur l’estran, c’est la partie du littoral qui découvre entre la pleine mer et la basse mer. Les parcs les plus bas sont les parcs où l’on découvre que l’on travaillait ; jusqu’à il y a une dizaine d’années en arrière,et qui étaient asséchés. On voyait le sol. Aujourd’hui, ce sont des parcs où l’on est obligé de travailler en combinaisons de plongée, masques et tubas parce qu’ils ne sont plus jamais découverts par l’eau. C’est-à-dire qu’à un même degré de coefficient de marée, la mer descend beaucoup moins qu’avant."
Les coquillages malmenés par le dérèglement climatique

Le changement climatique a aussi fait monter le niveau de température de l’eau et son acidité. Cette fois ce sont les coquillages qui réagissent : "Très concrètement, les moules produisent ce que l’on appelle le byssus, c’est une espèce de touffe de poils. Les anciens récupéraient cela pour faire de la colle. C’est très collant, cela permet à la moule de s’accrocher à un support. L’Ifremer a montré que l’acidification de l’océan avait déjà pour première conséquence une fragilité de la glande qui secrète ce byssus et donc un mauvais accrochage des moules. Cela veut dire que, dès que l’on a un petit peu de mauvais temps, les moules vont avoir tendance à décrocher et à tomber au fond. On est obligé de mettre des filets autour des moules pour les maintenir sur leurs supports de culture."

L’autre conséquence est encore plus personnelle. Le s

Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP