Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Le « non » des conchyliculteurs

Le « non » des conchyliculteurs

Dernière mise à jour le jeudi 20 octobre 2011

Article paru sur le site "Sud-Ouest" - Mercredi 19 Octobre 2011
Visualiser l’article original



Le « non » des conchyliculteurs

Le Comité régional conchylicole Poitou-Charentes émet un avis défavorable.

Le commissaire enquêteur qui formulera un avis sur le projet de Parc naturel marin Pertuis Charentais-estuaire de la Gironde va recevoir aujourd’hui celui du Comité régional conchylicole Poitou-Charentes. Avis défavorable du bureau représentant des ostréiculteurs et des mytiliculteurs de la Charente-Maritime, émis lundi soir.

Surprenant. Parce que l’annonce du projet avait été reçue « plutôt favorablement » par la profession. Mais, au terme des deux années de concertation, elle ne s’y retrouve plus. « Il nous est aujourd’hui très difficile de trouver des raisons objectives et décisives en faveur du parc », indique le courrier expédié hier de Marennes. Plus qu’un non ferme et absolu, c’est un « non de la déception » qui est formulé, pour reprendre l’expression du directeur du Comité régional, Laurent Champeau. Son président, l’ostréiculteur Gérald Viaud explique : « Nous n’avons pas été écoutés, c’est dommage. Ce parc était l’opportunité d’avoir un outil de protection dans lequel nous aurions pu nous retrouver. Or, nous avons été mis au même rang que tous les autres, au même rang que les industriels par exemple. Ça n’est pas acceptable, nos huîtres sont les sentinelles du milieu naturel. »

Un parc trop vaste
Pourquoi cette position, alors que les conchyliculteurs ont obtenu l’orientation spécifique dans le projet qu’ils réclamaient ? « Notre sentiment est que cette concession ultime répond davantage à des considérations d’ordre tactique qu’à une véritable volonté de pérenniser nos activités menacées par la dégradation de l’environnement, et plus particulièrement de la qualité des eaux littorales. » Les pêcheurs professionnels, qui réclamaient cette même orientation, ont à l’inverse délibéré en faveur du parc.

Le Comité régional conchylicole regrette aussi l’échelle du parc. Trop grand. Il lui aurait préféré une réflexion au niveau des pertuis, excluant ainsi l’estuaire de la Gironde. Il n’est pas davantage convaincu de l’efficacité du conseil de gestion du parc, qui installera ses 57 membres dès lors que la ministre de l’Écologie aura signé l’arrêté de création. « Nous ne voyons pas comment une telle assemblée pourra décider et agir plus efficacement qu’aujourd’hui. » Interrogation, enfin, sur les moyens financiers dont disposera le parc naturel marin. « On nous demande de parier sur un accroissement des moyens du seul fait de l’existence du parc ! Le contexte économique actuel n’incite pourtant pas à un tel optimisme. »

Philippe Baroux



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP