Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Le site WindMorbihan a le vent dans le dos

Le site WindMorbihan a le vent dans le dos

Dernière mise à jour le mardi 3 décembre 2019

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 22 Novembre 2019
Visualiser l’article original


WindMorbihan a soulevé, cet été, un vent d’enthousiasme. L’outil en ligne, qui mesure en temps réel le vent sur la façade littorale, a dépassé les 120 000 visites en août. Pourquoi et comment cette aide, imaginée par l’école nationale de voile, va continuer à souffler très fort. .
1. D’où vient la brise ?

WindMorbihan, c’est une belle idée. Celle de Claire de Nomazy, ingénieure de l’École nationale de voile et des sports nautiques de Saint-Pierre Quiberon (ENVSN). « Le projet a été initié en 2014. L’idée était d’équiper le littoral morbihannais en capteurs de vent afin d’afficher ces informations en temps réel sur un site accessible librement à tous ». La brise devient vent frais sur l’échelle de Beaufort avec le soutien de Dominique Herisset, directeur de Port Haliguen. Il met dans la boucle la Compagnie des ports du Morbihan, qui y voit un bel outil pour développer la qualité des services aux usagers.

2. Ça sert à quoi ? À qui ça s’adresse ?

WindMorbihan favorise et optimise les navigations, mais renseigne également les surfeurs (et les adeptes du kite-surf, surf, char à voile, kayak, stand up paddle…), pêcheurs à pied, nageurs… « Une famille qui veut aller à la plage l’été peut aussi regarder celle qui est le moins ventée », donne en exemple Claire de Nomazy. Les professionnels du Morbihan, ports de plaisance, centres nautiques, ostréiculteurs, pêcheurs, conchyliculteurs, navires passagers… peuvent aussi y trouver leur intérêt. Bref, ceux qui aiment, habitent, passent ou travaillent sur le littoral. « Quelqu’un qui sort rarement en bateau… Il quitte La Trinité-sur-Mer, mais ne sait pas que le vent souffle à 18 nœuds vers Belle-Ile-en-Mer. Cela lui permet d’adapter la navigation en conséquence ». L’outil peut également alimenter la recherche en micrométéo.

3. Comment ça marche ?

Claire De Nomazy : « Le site web affiche en temps réel les mesures transmises par sept capteurs de vent, installés stratégiquement sur le littoral, un houlographe et dix webcams ». Les données sont collectées et transmises immédiatement sur la cartographie en ligne. Si l’outil est gratuit et accessible à tous, il a demandé des moyens financiers non négligeables : « C’est un budget d’investissement de 80 000 euros et de 20 000 euros en fonctionnement annuel », annonce Dominique Herisset.

4. Qu’est-ce qui fait la différence et explique le coup de vent de l’été ?

Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP