Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Le test chimique validé

Le test chimique validé

Dernière mise à jour le mardi 30 novembre 2010

Article paru sur le site "Sud-Ouest" - Samedi 27 Novembre 2010
Visualiser l’article original



Le test chimique validé

Le test chimique, en vigueur depuis janvier, vient d’être validé par la commission européenne.

Olivier Laban, le président du comité régional de la conchyliculture, était en réunion de travail, jeudi au ministère de l’Agriculture, lorsque les deux conseillers du ministre, Bruno Le Maire, ont annoncé que la commission européenne venait de se prononcer en faveur du test chimique comme test de référence pour le contrôle des huîtres.

« Je pense qu’ils voulaient commencer par nous annoncer une bonne nouvelle avant d’évoquer des sujets qui fâchent », sourit Olivier Laban, qui se trouvait alors en compagnie du président national des ostréiculteurs Goulven Brest, pour « parler du réensemencement des huîtres, des exonérations et des dossiers de calamités agricoles suite à la mortalité estivale des huîtres ».

Depuis le 1er janvier

En fait de sourire, Olivier Laban a surtout poussé, comme il le dit lui-même, un « ouf de soulagement ».

Petit retour en arrière. Les ostréiculteurs du bassin d’Arcachon maudissent toujours l’entrée en vigueur en 2005 du test de la souris, défini comme protocole de test par la commission de Bruxelles, à l’origine de nombreuses fermetures administratives de leurs parcs, sans que l’on sache, même cinq ans plus tard, de quoi mouraient les souris auxquelles on administrait une forte quantité d’extraits d’huîtres.

À force de batailles, les ostréiculteurs français ont obtenu, sous forme de dérogation, que le test de la souris soit remplacé, au 1er janvier dernier, par un test chimique.

Le test de la souris était tout de même maintenu, comme test de vigilance scientifique. Cette année, les fermetures ont été limitées à la présence, connue et acceptée, d’une algue toxique.

Toutefois, le test de la souris restait toujours le test de référence européen.

L’Espagne s’abstient

« Je ne vous cache pas que tant que le test chimique n’était pas validé au niveau européen, j’avais peur qu’une succession de mortalité de souris amène les autorités à changer d’avis », assure Olivier Laban.

D’autant que le changement de protocole européen était espéré pour le mois de juillet. Il est finalement intervenu en novembre.

« On nous a expliqué que la commission européenne avait adopté le test chimique comme test de référence de la surveillance des coquillages en Europe, à la grande majorité. Seule l’Espagne s’est abstenue. »

Les ostréiculteurs du bassin d’Arcachon peuvent donc respirer : « Le test de la souris n’est plus qu’un mauvais souvenir. Le test chimique ne peut désormais plus être remis en question ».



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP